101, rue Bloor Ouest
Toronto ON, M5S 0A1
TÉL. : 416-961-8800
Sans frais en Ontario : 1-888-534-2222
TÉLÉC. : 416-961-8822
info@oeeo.ca

Mot symbole de l'Ordre des enseignantes et des enseignants de l'Ontario


Trouver un membre

Décision du comité d’agrément

Faculté d’éducation Université d’Ottawa

Demande de renouvellement de l’agrément des programmes de langue anglaise

Programme de formation professionnelle consécutif à temps plein avec domaines d’études aux cycles primaire-moyen, moyen-intermédiaire et intermédiaire-supérieur menant à un baccalauréat en éducation et comprenant un volet d’enseignement du français langue seconde aux cycles primaire et moyen

Programme de formation professionnelle consécutif à l’intention des personnes d’ascendance autochtone (Premières Nations, Métis ou Inuits) avec domaines d’études aux cycles primaire-moyen, menant à un baccalauréat en éducation ou à un certificat en enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone (programme de formation en six semestres, connu sous le nom de programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone)

Décision du comité d’agrément concernant la demande de renouvellement de l’agrément présentée par la Faculté d’éducation de l’Université d’Ottawa

Introduction

Le 27 juillet 2012, la Faculté d’éducation de l’Université d’Ottawa a présenté une demande de renouvellement de l’agrément pour les programmes de formation professionnelle de langue anglaise suivants :

  • Programme de formation professionnelle consécutif avec domaines d’études aux cycles primaire-moyen, moyen-intermédiaire et intermédiaire-supérieur, menant à un baccalauréat en éducation et comprenant un volet d’enseignement du français langue seconde aux cycles primaire et moyen
  • Programme de formation professionnelle consécutif à l’intention des personnes d’ascendance autochtone (Premières Nations, Métis ou Inuits) avec domaines d’études aux cycles primaire et moyen, menant à un baccalauréat en éducation ou à un certificat en enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone (programme de formation en six semestres, connu sous le nom de programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone).

Conformément au Règlement 347/02 sur l’agrément des programmes de formation en enseignement, le comité d’agrément a constitué un sous-comité d’agrément pour :

  • examiner les programmes de formation professionnelle susmentionnés, sous la direction du comité d’agrément
  • jouer un rôle consultatif auprès du comité d’agrément en lui rendant compte de ses conclusions et en lui formulant des recommandations concernant l’agrément des programmes examinés.

Le sous-comité a été formé conformément aux critères énoncés à l’article 6 du Règlement sur l’agrément des programmes de formation en enseignement et était constitué de sept personnes, comme suit :

  • trois membres du conseil, tous membres du comité d’agrément, dont un membre nommé du conseil
  • deux membres de l’Ordre qui ne sont pas membres du conseil
  • un membre inscrit sur la liste des membres potentiels et possédant une expertise dans les programmes de formation des enseignants autochtones et de l’expérience en tant qu’instructeur dans une faculté d’éducation
  • une personne nommée par la Faculté d’éducation de l’Université d’Ottawa.

Pour formuler ses recommandations, le sous-comité a examiné la demande d’agrément et les renseignements complémentaires fournis par la Faculté d’éducation de l’Université d’Ottawa. Le sous-comité d’agrément a visité la Faculté d’éducation de l’Université d’Ottawa, à Ottawa, en Ontario, du 14 au 19 octobre 2012. Pendant sa visite, le sous-comité a examiné les lieux où sont enseignés les programmes, à l’exception du site de Walpole Island, où le programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone est offert durant l’été. Le sous-comité avait été invité à visiter le site le mardi 17 juillet 2012, mais n’avait pu le faire à ce moment, le fournisseur n’ayant pas encore présenté à l’Ordre sa demande de renouvellement de l’agrément.

Lors de la visite du campus à Ottawa, le sous-comité s’est entretenu, en personne ou par téléconférence, avec le directeur, les coordonnateurs, des membres du corps professoral, des étudiantes et étudiants, des diplômés et des enseignantes et enseignants associés des deux programmes. Le sous-comité a également examiné des artéfacts en format papier et électronique présentés dans une salle d’exposition. Le sous-comité a également étudié des documents et des renseignements supplémentaires obtenus lors des entretiens ou présentés par des membres du corps professoral et du personnel du bureau du registraire ou du programme offert en milieu scolaire.

Le sous-comité d’agrément a invité le public à s’exprimer sur la qualité des programmes examinés. Le sous-comité a tenu un forum public ouvert pendant la visite, le mardi 16 octobre 2012, auquel aucun membre du public n’a assisté. L’Ordre a informé le public de la possibilité de participer à un forum ouvert ou de soumettre un avis, au moyen d’affiches publicitaires distribuées sur le campus et dans les écoles où se déroulent les stages, ainsi qu’aux membres du comité consultatif de la formation des enseignants de la faculté d’éducation et par l’entremise de courriels aux fédérations d’enseignants et d’annonces dans le site web de l’Ordre. Le sous-comité a étudié deux interventions reçues de membres du public par l’entremise du site web de l’Ordre.

Une fois son examen terminé, le sous-comité d’agrément a préparé une ébauche sur ses conclusions et a formulé ses recommandations aux fins d’un examen par la Faculté d’éducation de l’Université d’Ottawa. Le rapport final soumis au comité d’agrément tient compte des commentaires formulés par le doyen de la faculté d’éducation en réponse à l’ébauche du rapport.

Conformément à l’autorité que lui confèrent la Loi sur l’Ordre des enseignantes et des enseignants de l’Ontario et le Règlement 347/02 sur l’agrément des programmes de formation en enseignement, le comité d’agrément a délibéré en vue de déterminer si les programmes de formation à l’enseignement faisant l’objet de la demande de la Faculté d’éducation de l’Université d’Ottawa répondaient aux conditions d’agrément.

Pour parvenir à sa décision, le comité d’agrément a examiné le rapport final du sous-comité d’agrément daté du 27 février 2013, la réponse du doyen de la faculté d’éducation relativement à l’ébauche du rapport, datée du 22 février 2013, la présentation du président du sous-comité au comité d’agrément et les exigences du Règlement 347/02 sur l’agrément des programmes de formation en enseignement.


Décision du comité d’agrément prise à sa réunion du 8 mars 2013

Conditions et constatations

Les motifs de la décision du comité et les faits sur lesquels elle se fonde sont indiqués ci-dessous :

 

1re condition

Le fournisseur du programme est un établissement autorisé.

Constatations

La documentation indique que la Faculté d’éducation de l’Université d’Ottawa est un établissement autorisé en vertu du paragraphe 1 (1) du Règlement 347/02 sur l’agrément des programmes de formation en enseignement.

Selon le Règlement 347/02 sur l’agrément des programmes de formation en enseignement, un «établissement autorisé» comprend soit un collège, une faculté d’éducation ou une école des sciences de l’éducation de l’Ontario qui fait partie d’une université autorisée à conférer des grades en vertu d’une loi de l’Assemblée législative, soit un établissement qui lui est affilié.       

La Loi concernant l’Université d’Ottawa de 1965 autorise l’établissement à conférer des diplômes. L’Université d’Ottawa peut instituer des facultés, des écoles, des instituts, des départements, des chaires et des cours et peut conférer tous les grades universitaires, diplômes honorifiques, diplômes et certificats.
 
La création d’un programme de baccalauréat en éducation de langue anglaise a été approuvée à l’unanimité par le Sénat de l’Université d’Ottawa le 1er septembre 1974.

En 1999, le Sénat a approuvé la mise en œuvre du programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone, aussi connu sous le nom de programme de formation des enseignants autochtones, pour la période allant jusqu’à l’année universitaire 2010-2011.

Conclusion

En se basant sur l’information qui lui a été fournie, le comité d’agrément a déterminé que tous les programmes examinés satisfont entièrement à la première condition.


2e condition

Le programme repose sur un cadre conceptuel clairement défini.

Constatations
La documentation indique que tous programmes de formation à l’enseignement examinés reposent sur un cadre conceptuel clairement défini.

Le cadre conceptuel de la faculté d’éducation repose sur l’instauration de communautés d’exploration dynamiques et itératives, lesquelles favorisent une pratique réflexive. L’exploration est considérée comme le processus de questionnement, de réflexion, de retour sur les faits, de réexamen et d’action quant aux questions qui entourent l’enseignement et sa pratique. Le cadre conceptuel est illustré par une fractale qui représente la structure inter reliée des cohortes des programmes. Cette structure par cohortes crée des communautés d’exploration et de pratique imbriquées et y favorise la dynamique itérative de l’enseignement, de l’apprentissage et de la recherche.

La faculté utilise le terme «exploration» pour illustrer sa vision selon laquelle les pédagogues sont à la fois enseignants et apprenants, en ce qu’ils s’interrogent sur la nature de l’enseignement et de l’apprentissage. Cette exploration se poursuit dans les multiples communautés auxquelles les étudiantes et étudiants et les membres du corps professoral contribuent tout au long du programme de formation à l’enseignement.

Les orientations des deux programmes sont fondées sur ce cadre conceptuel et intègrent des groupes d’exploration actifs et collaboratifs ou des communautés d’apprentissage dont les membres partagent leurs connaissances de l’enseignement et de l’apprentissage entre eux ou avec d’autres communautés d’apprentissage.

Le cadre conceptuel guide le développement des programmes et des cours pour tous les modes de prestation du programme régulier et du programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone. Le cadre conceptuel guide également le travail des membres du corps professoral et des partenaires en éducation dans les écoles où se déroulent les stages.  

Le cadre conceptuel guide la conception du programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone. Le modèle axé sur l’exploration reconnaît les contextes dans lesquels l’enseignement dans les communautés autochtones et en milieu urbain se déroule et en tient compte. La mise en œuvre du cadre conceptuel axé sur les communautés d’exploration est manifeste dans le soutien qu’apportent les membres du corps professoral aux étudiants et dans l’aide que ceux-ci s’apportent entre eux pendant qu’ils apprennent au sujet de l’éducation des élèves autochtones, en discutent et mettent en pratique leurs apprentissages. Le programme, pendant les deux années sur lesquelles il se déroule, offre aux étudiants des occasions continuelles de partager leurs expériences en enseignement, d’apprendre des théories pédagogiques culturellement pertinentes ainsi que de mettre en pratique et de revisiter ces apprentissages.

Conclusion

En se basant sur l’information qui lui a été fournie, le comité d’agrément a déterminé que tous les programmes examinés satisfont entièrement à la deuxième condition.


3e condition

Le programme est compatible avec ce qui suit et en tient compte :

  • les Normes d’exercice de la profession enseignante et les Normes de déontologie de la profession enseignante de l’Ordre
  • les recherches les plus à jour dans le domaine de la formation des enseignants
  • l’intégration de la théorie et de la pratique dans la formation des enseignants.

Constatations
La documentation indique que les programmes examinés respectent et reflètent les Normes d’exercice de la profession enseignante et les Normes de déontologie de la profession enseignante de l’Ordre, les recherches les plus à jour dans le domaine de la formation des enseignants et l’intégration de la théorie et de la pratique dans la formation des enseignants.

Les résultats d’apprentissage de tous les programmes sont organisés en quatre catégories : communautés d’exploration, engagement envers les élèves et leur apprentissage, exploration professionnelle et pratique professionnelle. La révision récente du cadre conceptuel de la faculté d’éducation a permis d’établir un lien étroit entre ces résultats d’apprentissage et les Normes d’exercice de la profession enseignante de l’Ordre et les Normes de déontologie de la profession enseignante. Les normes de l’Ordre sont intégrées aux plans de cours et au manuel de stage. Les diplômés des programmes doivent incarner les normes de déontologie de la profession enseignante, à savoir la confiance, l’empathie, le respect et l’intégrité.

Le cadre conceptuel est ancré dans les recherches et les connaissances actuelles en matière de formation des enseignants, notamment les travaux de Lave et Wenger, Cochran-Smith et Lytle, Fullan et Hargreaves. Le cadre conceptuel met l’accent sur les communautés d’exploration ancrées dans le travail sur l’apprentissage situé et les communautés d’exercice. Le cadre conceptuel reconnaît clairement que les occasions de dialoguer et de collaborer de manière productive et soutenue encouragent les questionnements sur les pratiques en classe et la mise en œuvre de nouvelles idées.

Le programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone combine les théories pédagogiques actuelles mises en évidence dans le programme consécutif régulier et les théories actuelles concernant l’enseignement aux élèves autochtones et leur apprentissage, telles qu’issues des travaux de Castagno et Brayboy, Kanu, Duquette, Anderson et Toulouse.

Les programmes démontrent l’intégration de la théorie et de la pratique à la formation des enseignants. Le cadre conceptuel des communautés d’exploration et la structure par cohortes des deux programmes permettent aux étudiantes et étudiants d’alterner entre l’espace théorique (salles de cours à l’université) et l’espace pratique (salles de classe avec les élèves).

Dans les cours de base, les étudiants du programme régulier et du programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone s’initient à des théories et discutent de celles-ci ou les mettent en pratique pour en évaluer l’incidence sur l’enseignement en classe, en élaborant et en adaptant des plans de leçon et des activités fondés sur des théories telles que celle de l’éducation inclusive. Les cours de méthodologie de l’enseignement intègrent également la théorie à la pratique. Le cours portant sur le stage intègre la pratique à l’apprentissage en ce qui concerne la gestion de classe, la création et le renforcement de relations positives avec les élèves, la compréhension des limites professionnelles et le développement de l’expertise professionnelle. Les étudiants peaufinent leurs compétences en enseignement en réfléchissant sur les recherches et des études de cas portant sur les pratiques efficaces en enseignement. Tout au long de l’année, un lien explicite est établi entre la théorie et la pratique.

Conclusion

En se basant sur l’information qui lui a été fournie, le comité d’agrément a déterminé que tous les programmes examinés satisfont entièrement à la troisième condition.


4e condition

Le programme est actuel, fait référence au programme d’études de l’Ontario, tient compte des résultats des recherches les plus à jour dans le domaine de la formation des enseignants et offre de vastes connaissances dans ses différents cycles et composantes.

Constatations
La documentation indique que tous les programmes examinés sont actuels, font référence au curriculum de l’Ontario, tiennent compte des recherches les plus à jour dans le domaine de la formation des enseignants et offrent de vastes connaissances dans les différents cycles et composantes des programmes.

La documentation indique que le contenu du programme est actuel. Les recherches de membres permanents à temps plein du corps professoral permettent d’intégrer les plus récentes connaissances en éducation au contenu des cours. Par exemple, la faculté participe au RECRAE (Réseau d’échange des connaissances pour la recherche appliquée en éducation), un partenariat de collaboration avec le ministère de l’Éducation de l’Ontario financé par la province. L’initiative finance des recherches appliquées par des groupes d’enseignants et de chercheurs afin de disséminer les connaissances sur les pratiques efficaces dans les salles de classe, dans les écoles et au sein des conseils scolaires de la province. Des membres du corps professoral et du personnel détaché siègent également à des conseils consultatifs sur le curriculum pour le ministère de l’Éducation. Les cours de méthodologie de l’enseignement du français langue seconde mettent l’accent sur le développement humain et la pédagogie de l’enseignement d’une langue seconde. Les recherches actuelles en enseignement du français langue seconde sont partagées avec les étudiantes et étudiants, et le contenu des cours aborde l’évaluation en ce qu’elle participe de l’apprentissage, y contribue et permet de le mesurer. Les résultats des recherches actuelles en matière d’enseignement à des élèves autochtones sont intégrés aux cours et travaux dans le cadre du programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone.

Tous les plans de cours des programmes régulier, de français langue seconde aux cycles primaire-moyen et de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone font référence aux documents du programme d’études de l’Ontario pertinents pour le cycle auquel les étudiants se préparent à enseigner. Les lectures et les travaux dans le cadre des cours mettent l’accent sur des initiatives récentes du ministère de l’Éducation. Les étudiants sont informés des nouvelles initiatives et des documents d’appui du ministère, dont le Programme d’apprentissage de la maternelle et du jardin d’enfants et les documents Faire croître le succès, L’apprentissage pour tous, Éducation environnementale et L’éducation à la littératie financière.

En plus des documents et initiatives susmentionnés, le contenu du programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone intègre des perspectives autochtones issues de travaux auprès de familles et de communautés autochtones. Le contenu de ce programme est culturellement réceptif et fait largement appel au Cadre d’élaboration des politiques en éducation des Premières Nations, des Métis et des Inuits élaboré par le ministère de l’Éducation de l’Ontario.
 
Le contenu du programme incorpore la mise en application des recherches les plus à jour dans le domaine de la formation des enseignants. Les étudiants sont exposés aux travaux de Piaget, Bruner, Vygotsky, Gardner et Dewey, de même qu’à la taxonomie de Bloom. Les cours portent sur l’application de la théorie des intelligences multiples, le constructivisme et l’approche cognitive de l’apprentissage. En plus des théories mentionnées précédemment, les étudiants du programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone trouvent ou préparent, pour ensuite les utiliser, des documents culturellement appropriés pour favoriser la capacité des élèves autochtones à s’exprimer par leur propre voix. Les étudiants en enseignement du français langue seconde doivent démontrer leur maîtrise et leur compréhension du modèle d’évaluation du niveau de maîtrise des langues proposé par le Cadre européen commun de référence pour les langues.

Le contenu des programmes consécutifs réguliers, dont celui en enseignement du français langue seconde, ainsi que celui du programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone, offre de vastes connaissances dans les cycles et composantes qui s’y rapportent. Par exemple, les étudiants qui se préparent à enseigner aux cycles primaire-moyen et moyen-intermédiaire reçoivent une formation dans tous les volets de l’éducation artistique (danse, art dramatique, arts visuels et musique). Les étudiants des programmes avec domaines d’études aux cycles intermédiaire et supérieur suivent des cours de méthodologie pour l’enseignement aux élèves de la 7e et de la 8e année et de la 9e à la 12e année.

Conclusion

En se basant sur l’information qui lui a été fournie, le comité d’agrément a déterminé que tous les programmes examinés satisfont entièrement à la quatrième condition.


5e condition

Le programme comprend des cours théoriques, des cours de méthodologie de l’enseignement et des cours de base, et laisse suffisamment de place à la mise en pratique de la théorie.

Constatations
La documentation indique que les programmes examinés comprennent des cours théoriques, des cours de méthodologie de l’enseignement et des cours de base, et laissent suffisamment de place à la mise en pratique de la théorie.

Le contenu des programmes inclut des cours théoriques et des cours de base. Les cours de base font référence à des théoriciens tels que Vygotsky, Gardner, Bloom, Piaget et Dewey. Les cours de base du programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone font référence à ces théoriciens, tout en mettant de surcroît l’accent sur les travaux de théoriciens de l’éducation autochtone tels que Duquette et Toulouse.
 
Les programmes incluent quatre cours de base qui sont obligatoires pour les étudiantes et étudiants des deux programmes, sans égard au cycle ni au mode de prestation. Ces cours sont : The Learning Process in the Educational Setting (le processus d’apprentissage en milieu éducatif), Schooling and Society (scolarisation et société), Curriculum Design and Evaluation in Education (conception et évaluation de programmes d’études) et Education of Exceptional Students (éducation des élèves en difficulté).
 
Tous les étudiants suivent des cours obligatoires de méthodologie de l’enseignement dans les matières inscrites au programme d’études de l’Ontario dans les différents cycles. Les étudiants en enseignement du français langue seconde suivent également des cours additionnels de méthodologie de l’enseignement conçus spécialement pour ce domaine d’études. Les cours de méthodologie de l’enseignement inscrits au programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone conviennent aux cycles primaire et moyen et sont enrichis de perspectives autochtones.
 

Les programmes examinés laissent suffisamment de place à la mise en pratique de la théorie. Les cours de base obligatoires conception et évaluation de programmes d’études)le processus d’apprentissage en milieu éducatif) Education of Exceptional Students (éducation des élèves en difficulté) mettent l’accent sur la mise en pratique des théories pédagogiques. Les cours obligatoires de méthodologie de l’enseignement spécifiques à chaque cycle laissent aussi suffisamment de place à la mise en pratique de la théorie.


Conclusion

En se basant sur l’information qui lui a été fournie, le comité d’agrément a déterminé que tous les programmes examinés satisfont entièrement à la cinquième condition.


6e condition

L’organisation et la structure du programme conviennent au contenu des cours.

Constatations
La documentation indique que l’organisation et la structure du programme consécutif régulier de formation à l’enseignement offert sur le campus sont appropriées. D’autres preuves sont nécessaires pour vérifier la pertinence de l’organisation et de la structure du programme consécutif régulier offert en milieu scolaire et du programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone.

La Faculté d’éducation de l’Université d’Ottawa offre deux programmes de formation professionnelle en anglais : le programme consécutif régulier et le programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone. Les étudiantes et étudiants des deux programmes sont regroupés en cohortes. Toutes les cohortes sont regroupées par domaines d’études, par exemple : cycles primaire-moyen, moyen-intermédiaire ou intermédiaire-supérieur. De plus, certaines cohortes du programme consécutif régulier mettent l’accent sur un domaine en particulier, par exemple l’enseignement en milieu urbain. Les cohortes des deux programmes se distinguent également par leurs modes de prestation particuliers, tant par l’endroit où ces programmes sont offerts que dans leur mise en œuvre.

Le programme consécutif régulier porte sur des domaines d’études aux cycles primaire-moyen, moyen-intermédiaire et intermédiaire-supérieur. Les cohortes du programme consécutif régulier sont regroupées selon deux modes de prestation, soit sur le campus ou en milieu scolaire.

Le mode de prestation sur le campus regroupe les cohortes par domaines d’études des cycles primaire-moyen, moyen-intermédiaire et intermédiaire-supérieur. Certaines cohortes sur le campus mettent l’accent sur un domaine en particulier. Les cohortes sur le campus qui mettent l’accent sur un domaine en particulier sont organisées en communautés d’exploration pour répondre à des besoins spécifiques et se pencher sur des questions cruciales en matière d’éducation. Les cohortes spécialisées sur le campus incluent : 1) enseignement en milieu urbain aux cycles intermédiaire et supérieur; 2) élaboration d’une perspective mondiale aux cycles moyen et intermédiaire; 3) élaboration d’une perspective mondiale aux cycles primaire et moyen; 4) approche mondiale de la santé en milieu scolaire aux cycles primaire et moyen et 5) enseignement du français langue seconde aux cycles primaire et moyen.

Toutes les cohortes sur le campus suivent les mêmes cours obligatoires. Le thème central des cohortes spécialisées est incorporé au contenu des cours des étudiants qui font partie de ces cohortes.

L’organisation et la structure du programme consécutif régulier conviennent à toutes les cohortes sur le campus. La structure du programme s’échelonne sur une période de huit mois au cours de laquelle les étudiants suivent leurs cours et font deux stages d’au moins 40 jours en milieu scolaire. Au sein du programme régulier, un crédit équivaut à 12 heures d’enseignement et chaque cours de trois crédits représente 36 heures d’enseignement. Les étudiants des cohortes sur le campus passent quatre jours par semaine à la faculté d’éducation et une journée en milieu scolaire pour acquérir une expérience supplémentaire sur le terrain.
 
Les étudiants qui font partie de la cohorte sur le campus mettant l’accent sur l’enseignement du français langue seconde aux cycles primaire et moyen suivent les mêmes cours obligatoires que ceux des autres cohortes. De plus, ils doivent suivre deux cours de trois crédits en enseignement du français langue seconde. Les étudiants n’ayant pas démontré une maîtrise suffisante du français doivent également suivre un cours supplémentaire de grammaire française.

Le programme consécutif régulier compte également une cohorte en milieu scolaire avec des domaines d’études aux cycles primaire et moyen. Cette cohorte suit un calendrier de huit mois et demi. Au cours de cette période, les étudiants suivent leurs cours et font deux stages d’au moins 40 jours en milieu scolaire. Les étudiants qui appartiennent à la cohorte en milieu scolaire entament leur programme en suivant des cours sur le campus pendant deux semaines, au mois d’août, à la faculté d’éducation. Le reste de l’année, la cohorte en milieu scolaire bénéficie d’un assortiment d’expériences dans des écoles, quatre jours par semaine, et de cours à trois crédits offerts une journée par semaine sur le campus. À certains moments, les étudiants reviennent assister aux cours sur le campus pendant plusieurs semaines d’affilée.

Pour les cohortes du programme régulier sur le campus, chaque cours de trois crédits comporte 36 heures d’enseignement. Or, certains cours suivis par la cohorte en milieu scolaire du programme régulier n’offrent pas autant d’heures d’enseignement. Les cours de base de la cohorte en milieu scolaire comportent 36 heures d’enseignement, mais les cours de méthodologie de l’enseignement en offrent 24. Comme les étudiants, tous programmes et modes de prestation confondus, doivent suivre les mêmes cours de base obligatoires et cours de méthodologie de l’enseignement appropriés aux cycles auxquels ils se préparent à enseigner, il n’est pas clairement établi, du point de vue du comité, que les étudiants de la cohorte en milieu scolaire satisfont aux mêmes attentes à l’égard des cours et couvrent le même contenu que ceux du programme régulier sur le campus, compte tenu du nombre réduit d’heures d’enseignement dont ils bénéficient.

Le programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone est offert avec des domaines d’études aux cycles primaire et moyen. Les cours sont donnés sur six semestres ou sur une période de deux ans qui débute au mois de juillet et se termine à la fin du mois d’avril la seconde année. Les cours sont offerts selon un mode de prestation hybride qui combine des cours en classe et des cours en ligne. Chaque été, au mois de juillet, quatre cours sont offerts en classe sur une période de quatre semaines. De manière générale, il s’agit de deux cours de méthodologie de l’enseignement et de deux cours de base. Un cours à option, intitulé The Political and Professional Organization in Aboriginal Education (l’organisation politique et professionnelle de l’éducation autochtone), est ordinairement enseigné à distance en automne. Les étudiants peuvent faire un stage en hiver la première année. La deuxième année, les étudiants suivent les cours en classe et à distance restants et terminent les stages restants. À la fin de leur programme de deux ans dans la communauté, les étudiants du programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone doivent réussir trois stages de quatre semaines (60 jours) dans des écoles publiques ou gérées par des conseils de bande où l’on enseigne le curriculum de l’Ontario.

Le programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone est offert selon deux modes de prestation : sur le campus, à la faculté d’éducation à Ottawa et dans la communauté au centre d’apprentissage Anishnaabewgamig, sur le territoire de la Première Nation de Walpole Island. Les deux modes de prestation du programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone comportent les mêmes cours de base obligatoires et stages que le programme consécutif régulier aux cycles primaire et moyen.

Dans le cas du programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone offert sur le campus, chaque cours de trois crédits représente 15 heures d’enseignement. Pour le programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone offert sur le dans la communauté, chaque cours de trois crédits représente 30 heures d’enseignement. En comparaison, les cours du programme consécutif régulier offert sur le campus offrent 36 heures d’enseignement. Comme tous les étudiants, sans égard au programme ni au mode de prestation, doivent suivre les mêmes cours de base obligatoires et cours de méthodologie de l’enseignement appropriés aux cycles auxquels ils se préparent à enseigner, il n’est pas clairement établi, du point de vue du comité, que les étudiants inscrits au programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone qui suivent le programme sur le campus et ceux qui le suivent dans la communauté satisfont aux mêmes attentes à l’égard des cours et couvrent le même contenu que les étudiants du programme régulier sur le campus, compte tenu du nombre réduit d’heures d’enseignement dont ils bénéficient selon ces deux modes de prestation.

Conclusion

En se basant sur l’information qui lui a été fournie pour l’examen, le comité d’agrément a déterminé que le programme consécutif régulier de formation à l’enseignement (en particulier le programme offert en milieu scolaire) et le programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone satisfont essentiellement à la sixième condition.

Motifs de la conclusion

Bien que les étudiants qui font partie de la cohorte en milieu scolaire du programme consécutif régulier doivent suivre les mêmes cours obligatoires que les cohortes suivant le programme sur le campus, les étudiants de la cohorte en milieu scolaire reçoivent moins d’heures d’enseignement pendant leurs cours. Il n’est pas clairement établi, du point de vue du comité, que les étudiants de cette cohorte satisfont aux mêmes attentes à l’égard des cours et couvrent le même contenu que les étudiants du programme régulier offert sur le campus, dans les cours dont le nombre d’heures a été réduit.

Bien que les étudiants du programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone qui suivent leur programme sur le campus et ceux qui le suivent dans la communauté doivent suivre les mêmes cours obligatoires que les étudiants des cohortes du programme consécutif régulier offert sur le campus, ils reçoivent un nombre réduit d’heures d’enseignement. Il n’est pas clairement établi, du point de vue du comité, que les étudiants de ces cohortes satisfont aux mêmes attentes à l’égard des cours et couvrent le même contenu, dans les cours dont le nombre d’heures a été réduit, que les étudiants inscrits au programme régulier offert sur le campus.

Toutefois, le comité croit l’affirmation de la Faculté d’Éducation de l’Université d’Ottawa, qui dit avoir l’intention de s’assurer que tous les programmes satisfont entièrement à la sixième condition.

  • Pour que le programme consécutif régulier offert en milieu scolaire réponde entièrement à cette condition, le doyen pourrait soumettre au comité des preuves détaillées, telles que :
  • des exemples d’horaires d’étudiants du programme régulier consécutif offert en milieu scolaire, accompagnés des plans de cours correspondants, démontrant que le nombre d’heures d’enseignement offert par ce mode de prestation est identique ou comparable au nombre d’heures de cours exigé dans le mode de prestation sur le campus du programme régulier de formation professionnelle offert par la faculté
  • lorsque les cours comptent moins de 36 heures d’enseignement avec un membre du corps professoral de la Faculté d’éducation de l’Université d’Ottawa, le comité pourrait examiner des preuves détaillées de :
    • la manière dont les étudiants bénéficiant d’un nombre d’heures d’enseignement réduit satisfont aux exigences spécifiques à chaque cours, au chapitre du contenu et des apprentissages
    • la manière dont les professeurs de la faculté évaluent le travail en classe, les tâches et les travaux des étudiants pour vérifier qu’ils ont atteint les mêmes objectifs d’apprentissage
    • l’équilibre approprié entre l’enseignement des professeurs de la faculté et celui des membres de la profession et, en particulier, que cet équilibre reflète les recherches les plus à jour dans le domaine de la formation des enseignants et laisse une place appropriée à la théorie.

Le doyen doit soumettre ces preuves à l’Ordre dans les trois années suivant la réception de la décision du comité d’agrément. Quand le doyen aura fourni des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément, le programme consécutif régulier satisfera entièrement à la sixième condition.

  • Pour que le programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone réponde entièrement à cette condition, le doyen pourrait soumettre au comité des preuves détaillées, telles que :
  • des exemples d’horaires d’étudiants inscrits aux deux modes de prestation du programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone (sur le campus et dans la communauté), accompagnés des plans de cours correspondants, démontrant que le nombre d’heures d’enseignement offert par ces deux modes de prestation est identique ou comparable au nombre d’heures de cours exigé dans le mode de prestation sur le campus du programme régulier de formation professionnelle offert par la faculté
  • dans le cas de cours dont la structure prévoit moins de 36 heures d’enseignement avec un membre du corps professoral de l’Université d’Ottawa, comme il est attendu dans le cadre du programme régulier sur le campus, le comité pourrait examiner des preuves détaillées de :
    • comment les étudiants qui bénéficient d’un nombre d’heures d’enseignement réduit satisfont aux exigences spécifiques à chaque cours en ce qui concerne le contenu et les apprentissages
    • la manière dont les professeurs évaluent le travail en classe, les tâches et les travaux des étudiants pour vérifier qu’ils ont atteint les mêmes objectifs d’apprentissage.

 

Le doyen doit soumettre ces preuves à l’Ordre dans les trois années suivant la réception de la décision du comité d’agrément. Quand le doyen aura fourni des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément, le programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone satisfera entièrement à la sixième condition.


7e condition

Les étudiants sont informés de leurs progrès et évalués de façon continue tout au long du programme.

Constatations
La documentation indique que les étudiantes et étudiants sont évalués et informés de leurs progrès de façon continue tout au long de tous les programmes de formation à l’enseignement examinés.

Des évaluations sommatives et formatives sont fournies de façon continue dans les deux programmes examinés. Les étudiants sont informés du système de notation universitaire, y compris les fourchettes de pourcentages et les évaluations descriptives, qui s’appliquent à tous les travaux exigés dans les cours. Les plans de cours annoncent une variété de stratégies d’évaluation, comme les grilles d’évaluation, les copies-types, la notation holistique et les discussions au cours desquelles la rétroaction est un élément clé.

Les étudiants de tous les programmes reçoivent une rétroaction formative. On donne de la rétroaction sur les plans de leçons, les réflexions et les travaux. Les étudiants faisant partie de la cohorte en milieu scolaire du programme consécutif régulier doivent soumettre des fiches de suivi qui permettent à leur instructeur de surveiller leurs progrès et leur compréhension.

Le mode de prestation en classe de même que les outils électroniques tels que les blogues, les discussions en ligne et les présentations au groupe appuient le perfectionnement et le développement professionnels des étudiantes et étudiants.

Les étudiants reçoivent de la rétroaction tout au long du programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone.

Les étudiants de tous les programmes sont évalués et informés de leurs progrès de façon continue tout au long du stage.

Conclusion

En se basant sur l’information qui lui a été fournie, le comité d’agrément a déterminé que tous les programmes examinés satisfont entièrement à la septième condition.


8e condition

Le programme comprend un stage qui satisfait aux exigences énoncées à la sous-disposition 2 v du paragraphe 1 (2) et au paragraphe (2).

La sous-disposition 2v du paragraphe 1 (2) stipule qu’un programme de formation professionnelle comprend «un minimum de 40 jours de stage dans une école ou un autre lieu approuvé par l’Ordre aux fins d’observation et d’enseignement pratique».

Le paragraphe 9 (2) énonce les exigences concernant le stage :

  • Il comprend des périodes d’observation et d’enseignement pratique dans des situations d’enseignement, dans des écoles ou d’autres lieux où est enseigné le programme d’études de l’Ontario ou dans des lieux approuvés par l’Ordre.
  • Abrogé [voir la sous-disposition 2v du paragraphe 1 (2)]
  • Il permet à chaque étudiant de prendre part à des situations se rapportant à chaque cycle et à au moins à une des matières du programme qui le concernent.
  • Un éducateur expérimenté encadre les étudiants et évalue leur stage.
  • Un membre du corps professoral est affecté à chaque étudiant à titre de conseiller.

Constatations
La documentation indique que tous les éléments requis d’un stage sont inclus dans les programmes examinés.

Les étudiantes et étudiants de tous les programmes font un stage d’enseignement et d’observation d’au moins 40 jours dans des écoles où est enseigné le curriculum de l’Ontario ou dans d’autres lieux approuvés par l’Ordre. Les étudiants inscrits au programme consécutif régulier font un stage d’au moins 45 jours en deux sessions. L’un des deux stages des étudiants de la cohorte de français langue seconde a lieu dans une classe de français de base ou d’immersion française.

Les étudiants du programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone font un stage d’observation et d’enseignement pratique de 60 jours en 12 semaines avant la fin de la deuxième année de leur programme.

Les étudiants de tous les programmes examinés font des stages qui comprennent des périodes d’observation et d’enseignement pratique dans des situations d’enseignement dans des écoles ou d’autres lieux où est enseigné le curriculum de l’Ontario ou dans des lieux approuvés par l’Ordre. Les étudiants du programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone font des stages dans des écoles publiques ou des écoles gérées par un conseil de bande où est enseigné le curriculum de l’Ontario. Ils sont supervisés par des enseignants associés qui sont membres de l’Ordre.

Tous les étudiants enseignent à chacun des cycles de leur concentration et les étudiants des cycles moyen-intermédiaire ou intermédiaire-supérieur doivent enseigner dans une des matières pertinentes pour eux. Les étudiants du programme de formation à l’enseignement aux cycles primaire-moyen pour les personnes d’ascendance autochtone observent et enseignent aux deux cycles pour lesquels ils seront agréés.

Un enseignant expérimenté encadre les étudiants de tous les programmes et évalue leur stage. Selon la politique de la faculté, la personne qui supervise et évalue les étudiants doit être un membre de la profession expérimenté et un membre en règle de l’Ordre et recevoir l’approbation de la direction d’école. En plus des formulaires d’évaluation de stage, les enseignants associés du programme en milieu scolaire fournissent aux étudiants une rétroaction informelle chaque mois au moyen de listes de vérification. Les enseignants associés soumettent au printemps un rapport définitif pour les étudiants du programme sur place.

Que ce soit pour le programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone sur le campus ou pour celui dans la communauté, les enseignants associés doivent avoir deux ans d’expérience en enseignement et être membres en règle de de l’Ordre. C’est parfois le directeur d’un conseil scolaire d’une Première Nation, également membre de l’Ordre, qui assure la supervision de l’étudiant.
 
Dans tous les programmes examinés, un membre du corps professoral est affecté à chaque étudiant à titre de conseiller. Les membres du corps professoral affectés au rôle de conseillers fournissent généralement leur appui aux étudiants au moyen d’échanges de courriels. Les conseillers assurent aussi la liaison entre la faculté d’éducation et les écoles où se déroulent les stages. La coordonnatrice du programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone, qui jumelle chaque étudiant à ses trois stages, assume aussi le rôle de conseillère de la faculté, donc de mentor, auprès des étudiants.

Conclusion

En se basant sur l’information qui lui a été fournie, le comité d’agrément a déterminé que tous les programmes examinés satisfont entièrement à la huitième condition.


9e condition

La réussite du programme est subordonnée à la réussite du stage.

Constatations
La documentation indique que la réussite des programmes examinés est subordonnée à la réussite du stage.

Les étudiantes et étudiants doivent réussir des stages pour réussir leur programme.
 
Les étudiants sont soutenus tout au long de leurs stages, ce qui leur permet de les réussir. Les membres du corps professoral qui jouent un rôle de liaison encouragent les enseignants associés et la direction des écoles qui accueillent les stagiaires à les informer si un étudiant risque l’échec. Dans ce cas, le membre du corps professoral se rend immédiatement à l’école et, si l’étudiant est retiré du stage, il rédige un plan de rattrapage avec l’étudiant.

Les étudiants du programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone reçoivent de l’appui pendant leurs stages et savent qu’ils doivent les réussir pour obtenir la note de passage au programme.

Conclusion

En se basant sur l’information qui lui a été fournie, le comité d’agrément a déterminé que tous les programmes examinés satisfont entièrement à la neuvième condition.


10e condition

Les cours de méthodologie de l’enseignement conviennent aux cycles auxquels ils se rapportent.

Constatations
La documentation indique que les cours de méthodologie de l’enseignement des programmes examinés conviennent aux cycles auxquels ils se rapportent.

Les cours de méthodologie de l’enseignement du programme cadrent bien avec les cycles primaire-moyen, moyen-intermédiaire ou intermédiaire-supérieur. Les étudiantes et étudiants du programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone suivent des cours de méthodologie de l’enseignement aux cycles primaire et moyen qui sont appropriés à leur programme axé sur la communauté.

Les étudiants sont tenus de démontrer leur compréhension du curriculum de l’Ontario à tous les cycles et d’être en mesure de concevoir des activités d’enseignement et d’évaluation conformes aux attentes du curriculum pour l’année enseignée. De plus, il est entendu que les étudiants prendront connaissance de recherches et de théories actuelles sur les stratégies d’enseignement et d’évaluation.

Les étudiants des cycles primaire et moyen, y compris ceux de la cohorte de français langue seconde (FLS), suivent des cours en langue, en mathématiques, en sciences et technologie, en études personnelles et sociales, en arts ainsi qu’en santé et éducation physique. Les étudiants de la cohorte de français langue seconde suivent, en plus, deux cours de trois crédits en français langue seconde. Les étudiants qui n’ont pu démontrer une maîtrise suffisante du français doivent, en plus, suivre un cours en grammaire française.

Les étudiants des cycles moyen-intermédiaire suivent des cours de méthodologie de l’enseignement appropriés aux cycles moyen et intermédiaire en études sociales (histoire et géographie), en santé et éducation physique, en langue et arts, en mathématiques, en sciences et technologie. De plus, ils suivent un cours de méthodologie de l’enseignement dans leur matière d’enseignement. Les étudiants des cycles intermédiaire-supérieur suivent quatre cours de méthodologie de l’enseignement, soit deux par matière d’enseignement. Ils suivent les cours relatifs à leurs deux matières d’enseignement au cycle intermédiaire à la session d’automne et les deux cours relatifs à leurs matières d’enseignement au cycle supérieur à la session d’hiver.

Les étudiants du programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone pour les cycles primaire et moyen sont tenus de suivre les mêmes cours de méthodologie de l’enseignement que ceux inscrits au programme régulier pour les cycles primaire et moyen. Les étudiants du programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone peuvent suivre jusqu’à trois cours de méthodologie de l’enseignement de plus : Using Technology in Teaching in an Aboriginal Context (utiliser la technologie pour enseigner dans un contexte autochtone); Teaching English as a Second Language to Native Students (enseigner l’anglais langue seconde à des élèves autochtones) et Teaching Native Languages in an Immersion Setting (enseigner les langues autochtones dans un contexte d’immersion).

Conclusion

En se basant sur l’information qui lui a été fournie, le comité d’agrément a déterminé que tous les programmes examinés satisfont entièrement à la dixième condition.


11e condition

Les cours théoriques et de base portent, entre autres, sur le développement et l’apprentissage humains, ainsi que sur les textes législatifs et les politiques gouvernementales qui se rapportent à l’éducation.

Constatations
La documentation indique que les cours théoriques et de base des programmes examinés portent, entre autres, sur le développement et l’apprentissage humains, ainsi que sur les textes législatifs et les politiques gouvernementales qui se rapportent à l’éducation.

Le développement et l’apprentissage humains sont abordés dans les quatre cours de base obligatoires de tous les programmes : The Learning Process in the Educational Setting (le processus d’apprentissage en milieu éducatif), Schooling and Society (scolarisation et société), Curriculum Design and Evaluation in Education (conception et évaluation de programmes d’études) et Education of Exceptional Students (éducation des élèves ayant des besoins particuliers). On présente des théories fondamentales sur le développement et l’apprentissage humains à tous les étudiants. Ils examinent les théories et la littérature actuelles sur l’apprentissage pour débattre de ces théories et analyser de quelle manière les théories sur l’apprentissage humain peuvent être transposées à la pratique en classe, à l’éducation multiculturelle et aux pratiques d’évaluation. On les encourage à discuter en classe et à faire des travaux pour établir des liens entre des approches telles que le constructivisme, le socioconstructivisme et la théorie cognitive.

Dans leurs cours de base, les étudiantes et étudiants du programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone voient les mêmes théories fondamentales sur le développement et l’apprentissage humains en plus de mettre l’accent sur la réalité autochtone. Les besoins collectifs de la communauté apportent une perspective additionnelle des sujets abordés et les étudiants sont invités à chercher et apprendre comment combiner les deux perspectives pour devenir des enseignants efficaces auprès des élèves autochtones. Les étudiants apprennent les théories autochtones sur le développement et l’apprentissage humains grâce à des lectures, aux enseignements traditionnels et aux commentaires des aînés, de leur famille et d’auteurs autochtones dans la communauté.

Les textes législatifs et les politiques gouvernementales font partie des cours de base, mais aussi de tous les cours de tous les programmes. Les étudiants doivent étudier les textes législatifs et les politiques gouvernementales dans des cours tels que Schooling and Society, Curriculum Design and Evaluation et Education of Exceptional Students. Ces cours regroupent différents sujets : la Loi sur l’éducation, la nature de l’éducation de l’enfance en difficulté en Ontario, les responsabilités et les obligations du titulaire de classe en vertu de la loi, les questions liées à la gestion des risques dans les situations d’apprentissage, la nature des comités d’identification, de placement et de révision (CIPR) et de la Loi sur la sécurité dans les écoles et l’importance des normes d’exercice et de déontologie. Tout au long des cours qui abordent les textes législatifs et les politiques gouvernementales, les documents et les ressources du ministère de l’Éducation de l’Ontario sont mis de l’avant et les étudiants sont tenus de les utiliser.

Les étudiants du programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone suivent les mêmes cours, mais l’accent est davantage mis sur les questions qui touchent l’éducation des élèves autochtones. Les sujets abordés sont les peuples autochtones et le système scolaire, la direction des écoles des Premières Nations et les devoirs des enseignants et des directions d’école en vertu de la loi. On aide les étudiants du programme à développer leur respect des valeurs historiques et culturelles ainsi que de la justice sociale.
                   
Conclusion

En se basant sur l’information qui lui a été fournie, le comité d’agrément a déterminé que tous les programmes examinés satisfont entièrement à la onzième condition.


12e condition

La composition du corps professoral est telle qu’il existe un équilibre approprié entre :

  • les personnes qui possèdent les titres universitaires appropriés,
  • les personnes qui possèdent l’expérience appropriée dans le domaine de l’enseignement,
  • les personnes qui possèdent les compétences appropriées dans les différents cycles et composantes du programme.

Constatations
La documentation indique que la composition du corps professoral enseignant les programmes de formation professionnelle examinés est telle qu’il existe un équilibre approprié entre les personnes qui possèdent les titres universitaires appropriés, les personnes qui possèdent l’expérience appropriée dans le domaine de l’enseignement et les personnes qui possèdent les compétences appropriées dans les différents cycles et composantes des programmes.

La composition du corps professoral enseignant les deux programmes examinés est telle qu’il existe un équilibre approprié entre les personnes qui possèdent les titres universitaires appropriés. Les membres du corps professoral du programme consécutif régulier possèdent les titres universitaires appropriés pour les matières qu’ils enseignent. Un doctorat est le titre universitaire privilégié à l’embauche de membres du corps professoral enseignant à temps partiel ou à temps plein. Les instructeurs sont tenus d’avoir publié des articles approuvés par un comité de lecture et de nombreux travaux de recherche.

Les membres du corps professoral du programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone possèdent aussi les titres universitaires appropriés. Trois d’entre eux ont un doctorat et six ont une maîtrise dans un domaine lié au programme. Douze membres du corps professoral enseignant le programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone occupent un poste permanent et font de la recherche.

La composition du corps professoral enseignant les deux programmes de formation professionnelle est telle qu’il existe un équilibre approprié entre les personnes qui possèdent l’expérience appropriée dans le domaine de l’enseignement. En plus de leurs titres universitaires, de nombreux membres du corps professoral ont une vaste expérience en enseignement en classe. Les membres à temps partiel du corps professoral sont tenus de posséder une expérience récente comme enseignants ou d’être actuellement enseignants et l’expérience de l’enseignement en classe est le critère déterminant à l’embauche des employés détachés. Le corps professoral affecté à la cohorte dont le mode de prestation est en milieu scolaire comprend des membres qui enseignent actuellement.

Les membres du corps professoral enseignant le programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone possèdent les compétences appropriées dans le domaine de l’éducation autochtone. Les instructeurs qui donnent les cours de base et de méthodologie de l’enseignement ont tous enseigné en classe.

La composition du corps professoral enseignant les deux programmes de formation professionnelle est telle qu’il existe un équilibre approprié entre les personnes qui possèdent les composantes appropriées dans les différents cycles et composantes du programme. Les membres du corps professoral du programme consécutif régulier se font assigner des cours en fonction des cycles auxquels ils ont enseigné. Dans le programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone aux cycles primaire et moyen, 69 % des membres du corps professoral possèdent les qualifications requises pour enseigner au cycle primaire et 75 % possèdent les qualifications pour enseigner au cycle moyen.

Conclusion

En se basant sur l’information qui lui a été fournie, le comité d’agrément a déterminé que tous les programmes examinés satisfont entièrement à la douzième condition.


13e condition

L’établissement autorisé s’est doté de mécanismes de contrôle interne adéquats visant à protéger l’intégrité des dossiers des étudiants inscrits au programme.

Constatations
La documentation indique que la Faculté d’éducation de l’Université d’Ottawa s’est dotée de mécanismes de contrôle interne adéquats visant à protéger l’intégrité des dossiers des étudiantes et étudiants inscrits aux programmes examinés.

Tous les documents liés à l’admission et l’administration, ainsi qu’aux résultats des étudiants sont conservés sous forme électronique dans des serveurs sécurisés situés dans un centre de données autonome à l’université. Tous les documents liés aux admissions sont conservés de manière sûre et appropriée, et ce, à perpétuité.

Le registraire de l’Université d’Ottawa appartient à des associations professionnelles comme l’American Association of Collegiate Registrars and Admissions Officers (AACRAO) et l’Association des registraires des universités et collèges du Canada (ARUCC). Il examine régulièrement les normes définies par l’AACRAO et l’ARUCC pour revoir les politiques relatives au maintien de mécanismes de contrôle internes et il vérifie les pratiques en s’informant des meilleures pratiques dans le domaine. Seul un petit nombre de membres du personnel est autorisé à accéder aux dossiers.

Les protocoles de sécurité informatique approuvés sont respectés. Chaque étudiant possède des données de connexion et un mot de passe protégés. La politique no 90, qui a été approuvée par le Sénat de l’université, définit le règlement de l’établissement sur l’accès à l’information et la protection de la vie privée.

Conclusion

En se basant sur l’information qui lui a été fournie, le comité d’agrément a déterminé que tous les programmes examinés satisfont entièrement à la treizième condition.


14e condition

L’établissement autorisé s’est engagé à améliorer sans cesse le programme et à en assurer la qualité et, s’il s’agit d’un programme existant, il a mis en place des mesures qui témoignent de cet engagement.

Constatations
La documentation indique que la Faculté d’éducation de l’Université d’Ottawa s’est engagée à améliorer sans cesse tous les programmes examinés et à en assurer la qualité et qu’elle a mis en place des mesures qui témoignent de cet engagement.

La faculté d’éducation fait aussi preuve d’un engagement envers l’amélioration continue et l’assurance de la qualité au moyen de processus officiels et systématiques d’examen. En 2010 et en 2011, le comité sur le cadre conceptuel et le conseil des programmes de formation à l’enseignement ont examiné l’énoncé de mission, puis ont élargi le cadre conceptuel antérieur afin qu’il reflète la position de la faculté concernant les multiples communautés de recherche en éducation et leur influence sur la pratique professionnelle des enseignantes et enseignants. Il existe un conseil des programmes de formation à l’enseignement où les résultats et les attentes relatives aux apprentissages des étudiantes et étudiants sont établis. Par exemple, à la suite de suggestions, la faculté a élaboré un outil de collaboration en ligne, de type wiki,  où les membres du corps professoral peuvent afficher leurs plans de cours. L’outil et les plans de cours leur permettent de collaborer davantage.

La faculté utilise des sondages et des groupes de discussion pour évaluer la qualité de ses programmes et cerner les points à améliorer. Par exemple, après avoir reçu une rétroaction des étudiants du programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone, la faculté a recruté plus d’instructeurs d’origine autochtone pour donner les cours du programme.
 
Les enseignants associés reçoivent régulièrement des sondages de la faculté leur demandant une rétroaction sur les stages. La rétroaction obtenue au moyen de ces sondages a entraîné des modifications à la structure des stages. Auparavant, les conseillers de la faculté n’étaient pas tenus de visiter les étudiants, mais seulement de correspondre avec eux par courriel. Cette pratique a été changée et les groupes en stage ont été restructurés afin que tous les conseillers de la faculté puissent visiter certains étudiants au moins une fois pendant leur stage.

Conclusion

En se basant sur l’information qui lui a été fournie, le comité d’agrément a déterminé que tous les programmes examinés satisfont entièrement à la quatorzième condition.


15e condition

Un comité consultatif de la formation des enseignants ou une entité semblable joue un rôle consultatif ou de liaison à l’égard du programme.

Constatations
La documentation indique qu’un comité consultatif de la formation des enseignants joue un rôle consultatif et de liaison à l’égard des programmes examinés.

Ce comité se réunit trois ou quatre fois par an, et comprend des membres de conseils scolaires locaux, des représentants du programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone de communautés des Premières Nations et des représentants d’autres organismes qui sont parties prenantes. Le comité joue un rôle consultatif et de liaison à l’égard de tous les programmes examinés.

Les représentants des communautés des Premières Nations qui siègent au comité contribuent aux discussions leur connaissance directe de l’éducation autochtone et du programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone.

Conclusion

En se basant sur l’information qui lui a été fournie, le comité d’agrément a déterminé que tous les programmes examinés satisfont entièrement à la quinzième condition.

Décision du comité d’agrément

Agrément général assorti de conditions

Pour les motifs énoncés précédemment, le comité d’agrément estime que les programmes de formation professionnelle de langue anglaise suivants, offerts par la Faculté d’éducation de l’Université d’Ottawa, satisfont essentiellement à la sixième condition et entièrement à toutes les autres exigences du Règlement 347/02 sur l’agrément des programmes de formation en enseignement :

  • Programme de formation professionnelle consécutif à temps plein avec domaines d’études aux cycles primaire-moyen, moyen-intermédiaire et intermédiaire-supérieur menant à un baccalauréat en éducation et incluant un programme mettant l’accent sur l’enseignement du français langue seconde aux cycles primaire-moyen
  • Programme de formation professionnelle consécutif à l’intention des personnes d’ascendance autochtone (Premières Nations, Métis ou Inuits) avec domaines d’études aux cycles primaire et moyen, menant à un baccalauréat en éducation ou à un certificat en enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone (programme en plusieurs parties, d’une durée de six semestres, connu sous le nom de programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone)

Le comité d’agrément accorde l’agrément général à ces programmes, mais à certaines conditions énoncées ci-dessous, pour une période de sept ans (jusqu’au 8 mars 2020) ou pour une période modifiée en vertu de l’article 15 du Règlement 347/02 sur l’agrément des programmes de formation en enseignement.

Exigences relatives à la sixième condition :

Pour que le mode de prestation en milieu scolaire du programme consécutif régulier et le programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendante autochtone satisfassent pleinement à la sixième condition, le doyen de la faculté d’éducation doit présenter des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément de la pertinence de l’organisation et de la structure de ces programmes.

1. Pour que le programme consécutif régulier offert en milieu scolaire réponde entièrement à cette condition, le doyen pourrait soumettre au comité des preuves détaillées, telles que :

  • des exemples d’horaires d’étudiants du programme régulier consécutif offert en milieu scolaire, accompagnés des plans de cours correspondants, démontrant que le nombre d’heures d’enseignement offert par ce mode de prestation est identique ou comparable au nombre d’heures de cours nécessaires dans le mode de prestation sur le campus du programme régulier de formation professionnelle offert par la faculté
  • lorsque les cours comptent moins de 36 heures d’enseignement avec un membre du corps professoral de la Faculté d’éducation de l’Université d’Ottawa, le comité pourrait examiner des preuves détaillées de :
    • comment les étudiants qui bénéficient d’un nombre d’heures d’enseignement réduit satisfont aux exigences spécifiques à chaque cours en ce qui concerne le contenu et les apprentissages
    • la manière dont les professeurs de la faculté évaluent le travail en classe, les tâches et les travaux des étudiants pour vérifier qu’ils ont atteint les objectifs d’apprentissage
    • l’équilibre approprié entre l’enseignement des professeurs de la faculté et celui des membres de la profession et en particulier que cet équilibre reflète les recherches les plus à jour dans le domaine de la formation des enseignements et laisse une place appropriée à la théorie.

Le doyen doit soumettre ces preuves à l’Ordre dans les trois années suivant la réception de la décision du comité d’agrément. Quand le doyen aura fourni des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément, le programme consécutif régulier satisfera entièrement à la sixième condition.

  • Pour que le programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone réponde entièrement à cette condition, le doyen pourrait soumettre au comité des preuves détaillées, telles que :
  • des exemples d’horaires d’étudiants inscrits aux deux modes de prestation du programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone (sur le campus et dans la communauté), accompagnés des plans de cours correspondants, démontrant que le nombre d’heures d’enseignement offert par ces deux modes de prestation est identique ou comparable au nombre d’heures de cours exigé dans le mode de prestation sur le campus du programme régulier de formation professionnelle offert par la faculté
  • dans le cas de cours dont la structure prévoit moins de 36 heures d’enseignement avec un membre du corps professoral de l’Université d’Ottawa, comme il est attendu dans le cadre du programme régulier sur le campus, le comité pourrait examiner des preuves détaillées de :
    • la manière dont les étudiants qui bénéficient d’un nombre d’heures d’enseignement réduit satisfont aux exigences spécifiques à chaque cours, au chapitre du contenu et des apprentissages
    • la manière dont les professeurs évaluent le travail en classe, les tâches et les travaux des étudiants pour vérifier que les apprentissages attendus ont été réalisés.

Le doyen doit soumettre ces preuves à l’Ordre dans les trois années suivant la réception de la décision du comité d’agrément. Quand le doyen aura fourni des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément, le programme de formation à l’enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone satisfera entièrement à la sixième condition.

Comme l’exige le paragraphe 16 (1) du Règlement 347/02 sur l’agrément des programmes de formation en enseignement, le doyen de la faculté d’éducation doit transmettre un plan décrivant les méthodes pour satisfaire à la condition susmentionnée et une estimation du délai requis pour y satisfaire, et ce, à l’intérieur d’un délai de six mois à partir de la décision du comité d’agrément. De plus, il doit annuellement faire un rapport au comité d’agrément sur les progrès réalisés en vue de satisfaire à la condition.

Comité d’agrément
Ordre des enseignantes et des enseignants de l’Ontario
Le 8 mars 2013


Décision concernant le rapport de vérification du programme de formation à l’enseignement prolongé

Lire la décision intégrale

Confirmation de l’agrément

ATEP

Le comité d’agrément estime que le programme de formation professionnelle suivant, offert par la Faculté d’éducation de l’Université d’Ottawa (EN), satisfait entièrement aux exigences du Règlement 347/02 sur l’agrément des programmes de formation en enseignement en vigueur le 1er septembre 2015 :

  • Programme consécutif de formation à l’enseignement à l’intention des personnes d’ascendance autochtone (Premières Nations, Métis et Inuits), avec domaines d’études pour enseigner aux cycles primaire-moyen, menant à un baccalauréat en éducation ou à un certificat en enseignement pour les personnes d’ascendance autochtone (connu sous le nom d’«Aboriginal Teacher Education Program» ou «ATEP», sur six semestres)

En rendant sa décision, le comité a considéré les informations soumises dans son rapport de vérification et, le comité a supprimé les conditions sur la condition 6 du programme ATEP. Le programme est désormais agréé sans condition. Le comité a pris note que la Faculté d’éducation à l’Université d’Ottawa (EN) a augmenté le nombre d’heures par cours, ce qui signifie que tous les cours dans les deux modes de prestations, soit sur campus ou dans la communauté sont d’une durée de 36 heures plutôt que 30 heures.

Confirmation de l’agrément avec conditions

Le programme consécutif régulier

Le comité d’agrément estime que le programme de formation professionnelle suivant, offert par la Faculté d’éducation de l’Université d’Ottawa (EN), satisfait essentiellement à la condition d’agrément 6 et satisfait entièrement aux autres conditions du Règlement 347/02 sur l’agrément des programmes de formation en enseignement en vigueur le 1er septembre 2015 :

  • Programme consécutif de formation à l’enseignement, avec domaines d’études pour enseigner aux cycles primaire-moyen, moyen-intermédiaire et intermédiaire-supérieur, menant à un baccalauréat en éducation, y compris les cycles primaire-moyen avec concentration sur l’enseignement du français langue seconde

Le comité confirme que l’agrément général de ce programme demeurera en vigueur; il ajoute les conditions suivantes aux fins d’agrément jusqu’au 8 mars 2020.

6e condition

Pour que le mode de prestation en milieu scolaire du programme consécutif régulier satisfasse pleinement à la sixième condition, le doyen de la faculté d’éducation doit présenter des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément de la pertinence de l’organisation et de la structure de son programme.

  1. Pour que le mode de prestation en milieu scolaire du programme consécutif régulier satisfasse pleinement à la sixième condition, le doyen de la faculté d’éducation doit présenter des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément de la pertinence de l’organisation et de la structure de son programme.
    • des exemples d’horaires d’étudiants du programme régulier consécutif offert en milieu scolaire, accompagnés des plans de cours correspondants, démontrant que le nombre d’heures d’enseignement offert par ce mode de prestation est identique ou comparable au nombre d’heures de cours nécessaires dans le mode de prestation sur le campus du programme régulier de formation professionnelle offert par la faculté>
    • lorsque les cours comptent moins de 36 heures d’enseignement avec un membre du corps professoral de la Faculté d’éducation de l’Université d’Ottawa, le comité pourrait examiner des preuves détaillées de :
      • comment les étudiants qui bénéficient d’un nombre d’heures d’enseignement réduit satisfont aux exigences spécifiques à chaque cours en ce qui concerne le contenu et les apprentissages
      • la manière dont les professeurs de la faculté évaluent le travail en classe, les tâches et les travaux des étudiants pour vérifier qu’ils ont atteint les objectifs d’apprentissage
      • l’équilibre approprié entre l’enseignement des professeurs de la faculté et celui des membres de la profession et en particulier que cet équilibre reflète les recherches les plus à jour dans le domaine de la formation des enseignements et laisse une place appropriée à la théorie.

Le doyen doit soumettre ces preuves à l’Ordre dans les trois années suivant la réception de la décision du comité d’agrément. Quand le doyen aura fourni des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément, le programme consécutif régulier satisfera entièrement à la sixième condition. Le comité impose une condition au programme, car ce n’est pas clair comment les étudiantes et étudiants inscrits au programme en mode de prestation en milieu scolaire répondent aux mêmes attentes de cours et apprennent les mêmes contenus d’apprentissage que les étudiantes et étudiants inscrits dans le mode de prestation sur campus en raison de la durée de chacun des cours au programme.

Plan initial

Comme l’exige le paragraphe 16 (1) du Règlement de l’Ontario 347/02 sur l’agrément des programmes de formation en enseignement, le doyen de la Faculté d’éducation de l’Université d’Ottawa (EN) doit remettre au comité un plan des méthodes proposées pour satisfaire aux conditions susmentionnées et une estimation du délai pour y parvenir, et ce, dans les six mois suivant la décision du comité. De plus, il doit présenter chaque année au comité d’agrément un rapport sur les progrès réalisés en vue de satisfaire aux conditions.

Dans le cas où le fournisseur cesse d’offrir le mode de prestation du programme consécutif régulier, le fournisseur doit aviser le comité d’agrément et le comité examinera les circonstances pour ce mode de prestation en particulier.

Le comité confirme que l’agrément général de ces programmes demeurera en vigueur jusqu’au 8 mars 2020.


Décision relative à la modification d’un programme consécutif

Lire la décision intégrale

Pour les raisons énoncées précédemment, le comité d’agrément confirme que le programme suivant, tel que modifié relativement au mode de prestation, continue de satisfaire entièrement aux conditions d’agrément général, et ce, jusqu’au 8 mars 2020, date actuelle d’expiration de son agrément ou encore pour une période modifiée conformément à l’article 15 du Règlement 347/02 sur l’agrément des programmes de formation en enseignement :

  • Programme consécutif de formation à l’enseignement, avec domaines d’études pour enseigner aux cycles primaire-moyen, moyen-intermédiaire et intermédiaire-supérieur, menant à un baccalauréat en éducation, y compris les cycles primaire-moyen avec accent mis sur l’enseignement du français langue seconde

Comité d’agrément
Ordre des enseignantes et des enseignants de l’Ontario
Le 29 novembre 2016

 

101, rue Bloor Ouest, Toronto ON, M5S 0A1 / TÉL. : 416.961.8800 / Sans frais en Ontario : 1.888.534.2222 / TÉLÉC. : 416.961.8822 / info@oeeo.ca

© 2019 Ordre des enseignantes et des enseignants de l'Ontario

Back To Top