101, rue Bloor Ouest
Toronto ON, M5S 0A1
TÉL. : 416-961-8800
Sans frais en Ontario : 1-888-534-2222
TÉLÉC. : 416-961-8822
info@oeeo.ca

Mot symbole de l'Ordre des enseignantes et des enseignants de l'Ontario


Trouver un membre

Décision du comité d’agrément

Université Lakehead Faculté d'éducation

Demande de renouvellement d’agrément

Programme consécutif de formation à l’enseignement, de domaines d’études aux cycles primaire-moyen, moyen-intermédiaire et intermédiaire-supérieur, menant à un baccalauréat en éducation

Programme concurrent de formation à l’enseignement, de domaines d’études aux cycles primaire-moyen, moyen-intermédiaire et intermédiaire-supérieur, menant à un baccalauréat en éducation, y compris un programme concurrent de formation à l’enseignement à l’intention des personnes d’ascendance autochtone

Programme consécutif de formation à l’enseignement de quatre ans, de domaines d’études aux cycles primaire-moyen, menant à un diplôme unique de baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone

Programme consécutif de formation à l’enseignement en plusieurs parties, de domaine d’études en enseignement des langues autochtones, menant à un diplôme en éducation (Native Language Teachers’ Certification Program ou NLTC).


Introduction

Le 16 décembre 2011, la Faculté d’éducation de l’Université Lakehead a présenté une demande de renouvellement de l’agrément des programmes de formation à l’enseignement suivants :

  • Programme consécutif de formation à l’enseignement, de domaines d’études aux cycles primaire-moyen, moyen-intermédiaire et intermédiaire-supérieur, menant à un baccalauréat en éducation
  • Programme concurrent de formation à l’enseignement, de domaines d’études aux cycles primaire-moyen, moyen-intermédiaire et intermédiaire-supérieur, menant à un baccalauréat en éducation, y compris un programme concurrent de formation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone
  • Programme consécutif de formation à l’enseignement de quatre ans, de domaines d’études aux cycles primaire-moyen, menant à un diplôme unique de baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone
  • Programme consécutif de formation à l’enseignement en plusieurs parties, de domaine d’études en enseignement des langues autochtones, menant à un diplôme en éducation (connu sous le nom de Native Language Teachers’ Certification Program ou NLTC).

Conformément au Règlement 347/02 sur l’agrément des programmes de formation en enseignement, le comité d’agrément a constitué un sous-comité d’agrément pour :

  1. évaluer les programmes de formation à l’enseignement susmentionnés, sous la direction du comité d’agrément
  2. jouer un rôle consultatif auprès du comité d’agrément en lui rendant compte de ses conclusions et en lui formulant des recommandations concernant l’agrément des programmes examinés.

Le sous-comité a été formé conformément aux critères énoncés à l’article 6 du Règlement sur l’agrément des programmes de formation en enseignement et était constitué de sept personnes, comme suit :

  • trois membres du conseil, dont deux membres du comité d’agrément et au moins un membre nommé du conseil
  • deux membres de l’Ordre qui ne sont pas membres du conseil
  • un membre inscrit sur la liste des membres potentiels possédant de l’expérience en tant que pédagogue dans une faculté d’éducation
  • une personne possédant des connaissances expertes des programmes de formation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone, nommée par la Faculté d’éducation de l’Université Lakehead.

Pour des raisons personnelles, le membre du sous-comité possédant des connaissances expertes des programmes de formation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone a quitté le sous-comité avant la visite du campus principal.

Pour émettre ses recommandations, le sous-comité a examiné la demande d’agrément et les documents supplémentaires fournis par la Faculté d’éducation de l’Université Lakehead. Le sous-comité d’agrément a visité la Faculté d’éducation de l’Université Lakehead, à Thunder Bay, en Ontario, du 18 au 23 mars 2012. Le sous-comité a aussi rendu visite au campus d’Orillia de l’Université Lakehead, le 7 mars 2012. Pendant les visites, le sous-comité a examiné les artefacts et ressources des programmes. Il a visité les installations où sont enseignés les programmes et s’est entretenu avec les membres du corps professoral et les intervenants. Des membres de communautés du Nord ont participé aux entretiens par téléconférence.

Le sous-comité d’agrément a invité le public à s’exprimer sur la qualité des programmes examinés. Des forums publics ouverts ont eu lieu aux deux campus pendant les visites des lieux. Le public a été informé de la possibilité de participer à un forum ouvert ou de soumettre un avis au moyen d’affiches publicitaires distribuées aux deux campus, d’avis affichés dans le site web de l’Ordre et de courriels de grande diffusion envoyés aux membres de l’Ordre.

Une fois son examen terminé, le sous-comité d’agrément a préparé un rapport sur ses conclusions et formulé des recommandations aux fins d’un examen par la Faculté d’éducation de l’Université Lakehead. Le rapport final soumis au comité d’agrément tient compte des commentaires formulés par le doyen de la Faculté d’éducation en réponse à l’ébauche du rapport.

Conformément à l’autorité que lui confèrent la Loi sur l’Ordre des enseignantes et des enseignants de l’Ontario et le Règlement 347/02 sur l’agrément des programmes de formation en enseignement, le comité d’agrément a délibéré en vue de déterminer si les programmes de formation à l’enseignement présentés par la Faculté d’éducation de l’Université Lakehead répondent aux conditions d’agrément. L’échéance de la décision du comité a été reportée compte tenu de la période de transition nécessaire au nouveau conseil élu de l’Ordre et pour acquiescer à la demande du doyen, qui souhaitait avoir plus de temps pour commenter l’ébauche du rapport.

Pour parvenir à sa décision, le comité d’agrément a examiné le rapport final du sous-comité d’agrément daté du 20 septembre 2012, la réponse du doyen de la Faculté d’éducation relativement à l’ébauche du rapport datée du 13 septembre 2012, la présentation du président du sous-comité au comité d’agrément et les exigences du Règlement 347/02 sur l’agrément des programmes de formation en enseignement.

 


Décision du comité d’agrément prise à sa réunion du 2 octobre 2012

Conditions et constatations

Les motifs de la décision du comité et les faits sur lesquels elle se fonde figurent ci-dessous :

1re condition

Le fournisseur du programme est un établissement autorisé.

Constatations

La documentation indique que la Faculté d’éducation de l’Université Lakehead est un établissement autorisé en vertu du paragraphe 1 (1) du Règlement 347/02 sur l’agrément des programmes de formation en enseignement.

Selon le Règlement 347/02 sur l’agrément des programmes de formation en enseignement, un «établissement autorisé» comprend soit un collège, une faculté d’éducation ou une école des sciences de l’éducation de l’Ontario qui fait partie d’une université autorisée à conférer des grades en vertu d’une loi de l’Assemblée législative, soit un établissement qui est affilié à une telle université.   

L’Université Lakehead est une université établie en vertu de la Lakehead University Act, 1965.En vertu des articles 4 et 5 de cette loi, l’Université Lakehead peut instituer des facultés et des écoles et conférer des grades, diplômes et certificats universitaires dans tous les domaines d’études.

La Faculté d’éducation, créée le 15 mai 1969, a assumé dès lors les fonctions du Lakehead Teachers’ College, qui a alors cessé ses opérations.

Conclusion

En se basant sur l’information qui lui a été fournie, le comité d’agrément a déterminé que les programmes examinés satisfont entièrement à la première condition. 

2e condition

«Le programme repose sur un cadre conceptuel clairement défini.»

Constatations

La documentation indique que les programmes de formation à l’enseignement reposent sur un cadre conceptuel clairement défini.

Une même philosophie, contenue dans le cadre conceptuel, est appliquée et intégrée à tous les aspects de tous les programmes de formation à l’enseignement offerts par la Faculté d’éducation de l’Université Lakehead. Le cadre conceptuel du baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone et du NLTC est conforme au cadre conceptuel de l’ensemble des programmes offerts par la Faculté d’éducation. Comparativement aux autres programmes de formation à l’enseignement, ces deux programmes portent plus précisément sur la formation à l’enseignement des personnes d’ascendance autochtone.

Une éolienne symbolise le cadre conceptuel de la Faculté d’éducation. La tour de l’éolienne représente la faculté, les ancrages représentent les collaborateurs, le vent représente la structure des programmes et les pales représentent les principales compétences, aptitudes et attitudes que la Faculté cherche à développer chez les étudiantes et étudiants en enseignement. Les six pales de l’éolienne représentent les objectifs clés des programmes, qui sont inspirés des énoncés de mission de l’université et de la Faculté d’éducation : la connaissance du curriculum de l’Ontario, la pratique réflexive, l’intégration de la théorie à la pratique, les normes d’exercice et de déontologie, les perspectives autochtones ainsi que la justice sociale et la responsabilité relativement à l’environnement.

Les cours et les descriptions des cours reflètent les pales de l’éolienne dans le cadre conceptuel. Ce dernier guide tous les aspects des programmes, des descriptions des cours aux pratiques de recrutement. Parmi les ressources bibliothécaires à l’appui du cadre conceptuel se trouvent des collections importantes sur le multiculturalisme, l’éducation des personnes d’ascendance autochtone et la justice sociale.

L’accent mis sur les perspectives autochtones, dont témoignent les deux cadres conceptuels, fait partie intégrante de tous les programmes de formation à l’enseignement et de culture de l’université en général.Le plan académique 2012-2015 de l’Université Lakehead exige que tous les étudiants de toutes les facultés suivent un cours qui porte principalement sur les Autochtones.Les étudiantes et les étudiants des programmes consécutif et concurrent suivent le cours obligatoire Aboriginal Education (éducation des personnes d’ascendance autochtone), qui porte essentiellement sur les politiques et théories relatives aux apprenants d’origine autochtone.

Le cadre conceptuel du baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone et du programme NLTC est symbolisé par une roue médicinale contemporaine composée de cinq sphères; l’enfant ou élève se trouve au centre tandis que les sphères qui l’entourent représentent la famille, la communauté, la nation et la société en général; celles-ci entourent, embrassent et soutiennent l’élève ou enfant. Ce cadre conceptuel s’inspire des sphères d’influence pour une éducation autochtone holistique (une adaptation des chefs de l’Ontario, 2005) et souligne la nécessité, pour les enseignants, de motiver et d’éduquer la personne dans sa globalité, c’est-à-dire sur les plans spirituel, affectif, intellectuel et physique. Le cadre conceptuel du programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone et du programme NLTC est étayé par l’énoncé de mission et les objectifs de l’Université Lakehead contenus dans son plan stratégique 2010-2013. L’élaboration de ce cadre conceptuel s’est faite en prenant pour guide des documents comme le curriculum de l’Ontario sur les langues autochtones et des politiques comme l’Accord sur l’éducation autochtone de l’Association canadienne des doyens et doyennes d’éducation et le Cadre d’élaboration des politiques de l’Ontario en éducation des Premières nations, des Métis et des Inuits.

Le cadre conceptuel de ces deux programmes est intégré au contenu des cours et la faculté affirme que les étudiants qui terminent un programme de formation à l’enseignement à l’Université Lakehead peuvent mettre en œuvre les cinq sphères d’influence qui entourent et appuient l’enfant. Les cinq sphères représentent la responsabilité de la communauté entière dans la réussite de l’éducation de l’élève.

Conclusion

En se basant sur l’information qui lui a été fournie, le comité d’agrément a déterminé que tous les programmes examinés satisfont entièrement à la deuxième condition.

3e condition

Le programme est compatible avec ce qui suit et en tient compte :

  1. les Normes d’exercice de la profession enseignante et les Normes de déontologie de la profession enseignante de l’Ordre
  2. les recherches les plus à jour dans le domaine de la formation des enseignants
  3. l’intégration de la théorie et de la pratique dans la formation des enseignants.

Constatations

La documentation indique que les programmes examinés respectent et reflètent les Normes d’exercice de la profession enseignante et les Normes de déontologie de la profession enseignante de l’Ordre, les recherches les plus à jour dans le domaine de la formation des enseignants et l’intégration de la théorie et de la pratique dans la formation des enseignants.

Les normes d’exercice et de déontologie ont servi à l’élaboration du cadre conceptuel et guident la faculté dans la formation d’enseignantes et d’enseignants professionnels.Les plans de cours font souvent référence aux normes d’exercice et/ou aux normes de déontologie de la profession enseignante.Le cours en droit de l’éducation, obligatoire dans les programmes concurrent et consécutif ainsi que dans le programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone, porte tout particulièrement sur les normes d’exercice et de déontologie de la profession enseignante.Les étudiantes et les étudiants de tous les programmes de formation à l’enseignement ont dit connaître les normes d’exercice et de déontologie, et certains ayant déclaré qu’elles sont complètement intégrées dans de nombreux cours. Démontrer une conduite professionnelle conforme aux normes de l’Ordre est un aspect important du stage.Par exemple, les normes sont intégrées et enchâssées dans les actions, les décisions et les travaux associés au stage.Les éléments de la roue médicinale et du cadre conceptuel du programme à l’intention des personnes d’ascendance autochtone et du NLTC appuient l’intégration des normes d’exercice et de déontologie à ces programmes.Par exemple, le cours d’introduction à l’enseignement dans le programme NLTC met notamment l’accent sur le professionnalisme des enseignants et sur les Fondements de l’exercice professionnel établis par l’Ordre, lesquels contiennent les normes d’exercice et de déontologie. 

Les recherches les plus à jour sur la formation à l’enseignement guident la planification, l’organisation et la mise en œuvre des programmes de formation à l’enseignement de l’Université Lakehead.Des chercheurs comme Piaget, Dewey, Gardner, Vygotsky, Scardamalia et Bereiter, Bandura et Bronfenbrenner sont cités dans de nombreux plans de cours et travaux étudiants. Le corps professoral a pris en compte les recherches les plus à jour dans le domaine de la formation à l’enseignement pour concevoir les cours et l’aspect réflexif de nombreux travaux étudiants.Des cours comme celui sur la psychologie de l’éducation relèvent les approches théoriques principales, dont celles appartenant aux courants constructiviste, socioculturel et sociocognitif.Les recherches de théoriciens modernes, comme Bishop, Battiste, St. Denis et Smith sont au centre des programmes de formation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone et des cours obligatoires en études autochtones que doivent suivre tous les étudiants en enseignement.Dans le programme NLTC, des méthodes linguistiques émergentes servent à faire revivre les langues et les cultures des communautés des Premières Nations visées par le programme.

Diverses structures sont utilisées pour intégrer la théorie à la pratique.Le cadre conceptuel décrit la capacité d’intégrer la théorie à la pratique comme une compétence clé que doivent acquérir les étudiants de tous les programmes de formation à l’enseignement.Les étudiants des programmes concurrent et consécutif doivent appliquer ce qu’ils ont appris dans leurs cours et réfléchir activement aux façons de mettre la théorie en pratique en enseignement.Des séminaires obligatoires ont lieu tous les vendredis.Ces séminaires, qui comprennent des présentations de représentants d’organismes provinciaux et du ministère de l’Éducation, fournissent aussi aux étudiants des occasions de réfléchir sur la situation de la profession, les normes, les recherches en éducation et les pratiques efficaces avant et après leurs stages.Les conseillers de la faculté aident les étudiants à analyser leurs expériences d’enseignement, que ce soit par des discussions sur les stages ou au moyen de cours, comme celui sur les bases de la planification et de l’évaluation et celui sur les bases de la gestion de classe.

Il y a, dans les cours du programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone, une intégration similaire de la théorie et de la pratique à celle des cours des programmes consécutif et concurrent.Les sphères d’influence pour une éducation autochtone holistique, qui guident l’organisation et la conception du programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone, signifient que les étudiants de ce programme doivent démontrer une compréhension critique de l’enseignement aux personnes d’ascendance autochtone qui respecte la culture autochtone et se base sur elle.Les étudiants doivent faire des recherches sur les langues, la culture et les traditions des Premières Nations, des Métis et des Inuits et bénéficient d’occasions multiples d’appliquer les méthodes pédagogiques et les façons d’apprendre autochtones.Certains plans de cours stipulent des attentes relatives à la théorie et la pratique pour les étudiants qui suivent des cours en ligne.

Les étudiants du programme NLTC participent à des jeux de rôle et à des séances de micro enseignement pendant les activités pratiques estivales; ce sont deux moyens différents d’intégrer la théorie à la pratique.Les 20 jours de stage au cours de l’automne et de l’hiver suivant le premier trimestre fournissent aux étudiants des occasions d’appliquer leurs connaissances et de réfléchir sur leurs pratiques dans le contexte des théories nouvellement apprises; ils intègrent ensuite de nouvelles théories au deuxième trimestre au cours du second stage, qui a lieu durant l’automne et l’hiver avant de revenir faire d’autres études théoriques et pratiques pendant le troisième trimestre.

Conclusion

En se basant sur l’information qui lui a été fournie, le comité d’agrément a déterminé que tous les programmes examinés satisfont entièrement à la troisième condition.

4e condition

Le programme est actuel, fait référence au programme d’études de l’Ontario, tient compte des résultats des recherches les plus à jour dans le domaine de la formation des enseignants et offre de vastes connaissances dans ses différents cycles et composantes.

Constatations

La documentation indique que les programmes examinés sont actuels, font référence au curriculum de l’Ontario, tiennent compte des recherches les plus à jour dans le domaine de la formation des enseignants et offrent de vastes connaissances dans les différents cycles et composantes des programmes.

Tous les programmes sont actuels. Les plans de cours font référence à des recherches et des écrits récents et citent de nombreux chercheurs en éducation. Par exemple, le cours de psychologie de l’éducation utilise les recherches clés de Dreikurs et Glasser, Black et William et Cooper. Des membres du corps professoral de la Faculté d’éducation de l’Université Lakehead s’associent à des conseils scolaires locaux pour mener des recherches sur l’amélioration des résultats de l’enseignement des mathématiques dans des classes composées de garçons ou de filles seulement et d’en étudier les incidences interdisciplinaires. D’autres membres du corps professoral ont formé des partenariats relativement aux meilleures pratiques de prestation du curriculum scientifique.En travaillant ainsi avec les conseils scolaires locaux et leurs consultants, les membres du corps professoral demeurent au fait de la réalité dans les classes.Ces partenariats guident l’apprentissage des étudiantes et des étudiantes de la Faculté d’éducation. 

Les documents relatifs au curriculum de l’Ontario sont à la base du contenu de tous les programmes. Les plans de cours citent des documents du curriculum en particulier et les étudiants en enseignement les apprennent. Les membres du corps professoral font des liens entre le matériel discuté en classe et le curriculum de l’Ontario.

Tout le matériel à l’étude des programmes de formation à l’enseignement de l’Université Lakehead comprend l’application des résultats des recherches les plus à jour dans le domaine de la formation des enseignants.Les conseils scolaires de Thunder Bay, qui sont des partenaires de la faculté, ont fourni des détails sur les partenariats de recherche sur les mathématiques et les sciences.Les recommandations issues de ces recherches guident les pratiques en Ontario et au Canada.Pendant tout leur programme, les étudiants du programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone lisent des travaux de grands théoriciens tels que Bishop, Battiste, Donald, St. Denis, Smith et MacDonald. C’est aussi le cas des étudiants du cours obligatoire sur l’éducation autochtone et du cours facultatif sur l’art dramatique en éducation.Dans les textes que doivent lire les étudiants, l’accent est mis sur un enseignement expérientiel, décolonisateur et non oppressif, ce qui reflète les recherches les plus à jour sur les méthodes de formation à l’enseignement les plus efficaces pour enseigner aux élèves d’ascendance autochtone.De plus, il est évident qu’on insiste de manière importante sur l’apprentissage et l’enseignement des mathématiques aux cycles primaire et moyen.Des documents de politiques très riches en résultats de recherches, qui guident tous les aspects de l’éducation, sont cités dans le matériel à l’étude, notamment Préparons l’avenir dès aujourd’hui : La Politique d’éducation environnementale pour les écoles de l’Ontario et Enseigner et apprendre les mathématiques – Rapport de la table ronde des experts en mathématiques.Tous les programmes font usage des portfolios, ce qui correspond aux résultats des recherches actuelles et aux politiques du Ministère.D’autres exemples confirment l’application des recherches en formation des enseignants dans les programmes, comme une vidéo produite par des étudiants traitant de la question de la littératie chez les garçons, ainsi que des documents de recherche d’étudiants analysant de façon critique des publications récentes sur les sciences et la société.

Tous les programmes offrent de vastes connaissances dans leurs différents cycles et composantes. Les étudiantes et étudiants inscrits aux programmes consécutif et concurrent suivent des cours crédités additionnels en lien avec des cycles en particulier, comme la littératie au primaire, la littératie équilibrée, et la littératie et l’apprentissage dans le curriculum des cycles intermédiaire et supérieur. Les étudiants inscrits aux cours pour les cycles intermédiaire et supérieur suivent un cours d’un crédit supplémentaire sur la façon de guider les élèves dans leurs choix. Les étudiants des programmes consécutif et concurrent suivent un cours obligatoire en éducation autochtone. Les étudiants des programmes consécutif et concurrent, et du programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone suivent un cours sur l’enseignement aux élèves en difficulté. Les étudiants du programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone suivent aussi des cours sur la lecture au primaire et un cours de plus en mathématiques. Le programme NLTC nécessite la connaissance de nombreuses langues et de nombreux dialectes.

Les bibliothèques des deux campus contiennent quantité de livres sur l’éducation, lesquels favorisent l’acquisition de vastes connaissances; elles comptent des ressources pour les recherches, la planification des leçons et l’éducation autochtone.

Conclusion

En se basant sur l’information qui lui a été fournie, le comité d’agrément a déterminé que les programmes satisfont entièrement à la quatrième condition.

5e condition

Le programme comprend des cours théoriques, des cours de méthodologie de l’enseignement et des cours de base, et laisse suffisamment de place à la mise en pratique de la théorie.

Constatations

La documentation indique que les programmes consécutif et concurrent et le NLTC comprennent des cours théoriques, des cours de méthodologie de l’enseignement et des cours de base, et laissent suffisamment de place à la mise en pratique de la théorie. Le programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone inclut des cours théoriques et des cours de base. Des preuves additionnelles sont requises pour s’assurer d’une mise en pratique suffisante de la théorie dans le programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone. 

La plupart des plans des cours donnés en ligne dans ce programme n’étaient pas disponibles et on ne pouvait tenir pour acquis que ces plans de cours seraient les mêmes que pour les cours donnés en personne, puisque les travaux donnés aux étudiants et la possibilité d’interagir avec leurs collègues pour élaborer un apprentissage et une compréhension communs pourraient nécessiter des stratégies différentes. De plus, la plupart des cours de méthodologie de ce programme n’avaient pas encore été remis. Le comité n’a pu vérifier si la mise en pratique de la théorie fait toujours partie intégrante de ces cours.

Les cours obligatoires pour tous les étudiants des programmes consécutif et concurrent, et du programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone pour enseigner aux cycles primaire-moyen, moyen-intermédiaire et intermédiaire-supérieur comprennent deux cours théoriques se rapportant spécifiquement aux cycles. Il s’agit du cours sur les bases de la planification et de l’évaluation et de celui sur les bases de la gestion de classe. Le programme NLTC inclut un cours obligatoire sur le développement de l’enfant.

Les programmes consécutif et concurrent contiennent des cours de méthodologie de l’enseignement obligatoires en lien avec les matières du curriculum de l’Ontario enseignées aux cycles pertinents. Les cours de base obligatoires sont présents dans tous les domaines d’étude des programmes consécutif et concurrent. Il s’agit de cours en éducation autochtone, droit de l’éducation, psychologie de l’éducation, fondements et problèmes en éducation et enseignement aux élèves en difficulté.

Les cours obligatoires en méthodologie de l’enseignement du programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone sont identiques aux cours obligatoires de méthodologie de l’enseignement des programmes concurrent et consécutif de domaines d’études aux cycles primaire-moyen; ce sont des cours sur la lecture au primaire, l’écriture, l’apprentissage précoce des compétences de base, les mathématiques, la santé et l’éducation physique, la musique, les arts visuels, les sciences et la technologie et les études sociales.

La plupart des étudiants du programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone n’avaient pas encore suivi les cours de méthodologie de l’enseignement. Nombre des cours offerts en personne dans les autres programmes seront offerts à distance dans ce programme. Ces cours sont notamment ceux d’art visuel, de musique, de santé et d’éducation physique, et de mathématiques. Les plans de cours reflétant ce mode de prestation ne sont pas encore disponibles.

Les cours de base du programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone sont similaires à ceux offerts dans les programmes consécutif et concurrent de domaines d’études aux cycles primaire-moyen. Ils incluent des cours en droit de l’éducation, en psychologie de l’éducation et en enseignement aux élèves en difficulté. Les étudiants inscrits au programme étudient la Loi sur l’éducation, la Loi sur la sécurité dans les écoles et la Loi sur les Indiens.

Le programme NLTC inclut des cours de méthodologie et des cours de base. Parmi les cours de méthodologie de l’enseignement figurent des cours sur la structure de l’algonquin oral (en trois parties), les langues autochtones comme langue seconde (en trois parties) et l’enseignement aux élèves. Les membres du corps professoral ont une excellente connaissance de ce qui se passe dans les communautés autochtones et peuvent établir des liens entre ce savoir et leurs cours de méthodologie de l’enseignement. Une introduction à l’enseignement et un cours sur les questions actuelles en matière d’enseignement des langues autochtones sont deux cours de base obligatoires dans ce programme.

Les étudiants des programmes concurrent et consécutif entreprennent des projets et des travaux qui leur permettent de mettre la théorie en pratique et de réfléchir sur leurs expériences. De nombreux cours mettent l’accent sur la mise en pratique de la théorie. Par exemple, le cours obligatoire en psychologie de l’éducation comprend de nombreux travaux qui obligent les étudiants à appliquer leurs apprentissages théoriques aux pratiques pédagogiques, notamment dans l’élaboration de stratégies comportementales et l’apprentissage et la compréhension des différentes origines et des besoins divers des apprenants de l’Ontario. De plus, les membres du corps professoral qui conseillent les étudiants pendant leurs stages servent d’instructeurs dans les cours théoriques, ce qui augmente les possibilités d’apprendre de la théorie pendant la pratique de l’enseignement.

Le contenu des cours du programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone a été conçu pour comprendre la mise en pratique de la théorie. Dans le plan du cours de psychologie de l’éducation, on prévoit des travaux pour lesquels les étudiants devront résumer des recherches et les intégrer à leurs expériences pratiques. Cependant, dans ce programme, les étudiants n’ont pas encore eu l’occasion de suivre tous les cours théoriques, les cours de base et les cours de méthodologie de l’enseignement, et la plupart des plans des cours qui seront donnés en ligne dans ce programme n’étaient pas disponibles.

Le programme NLTC donne des possibilités de mise en pratique de la théorie. Dans le cadre de leur travail durant les trimestres d’été, les étudiants enseigner à des élèves de différents groupes d’âge dans le cadre de simulations de stages sur campus. Ils reçoivent alors une rétroaction immédiate et de l’aide des membres du corps professoral pour améliorer leur capacité à mettre la théorie en pratique. Les étudiants ont l’occasion d’appliquer les théories qu’ils ont apprises aux leçons qu’ils donnent pendant ces cours simulés de même que pendant leurs stages d’hiver.

Conclusion

En se basant sur l’information qui lui a été fournie pour l’examen, le comité d’agrément a déterminé que les programmes consécutif et concurrent et le programme NLTC satisfont entièrement à la cinquième condition et que le programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone satisfait essentiellement à la cinquième condition.

Motifs de la conclusion

Les étudiants du programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone n’ont pas encore terminé tous les cours théoriques, les cours de base et les cours de méthodologie de l’enseignement compris dans ce programme. L’examen des descriptions de cours permet de penser que le programme inclura probablement de tels cours, et les plans de cours disponibles indiquent que les étudiants peuvent appliquer la théorie à la pratique.

Par contre, le comité n’a pu confirmer entièrement la présence de moyens de mettre la théorie en pratique, car aucun des plans des cours qui seront donnés à distance n’était disponible pour l’examen. La plupart des étudiants n’ont pas encore suivi ces cours. Le comité n’a pas reçu d’autres preuves pendant les entrevues. En l’absence de cette information, le comité n’a pu s’assurer du respect intégral de cette condition.

Toutefois, le comité reconnaît que la Faculté d’éducation de l’Université Lakehead a l’intention de s’assurer que le programme satisfait entièrement à la cinquième condition.

Pour ce faire, le doyen de la Faculté d’éducation doit soumettre des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément selon lesquelles les cours théoriques, les cours de méthodologie de l’enseignement et les cours de base offerts à distance dans le programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone laissent suffisamment de place à la mise en pratique de la théorie. Le doyen peut fournir des preuves telles que :

  • des plans de cours théoriques, de cours de méthodologie de l’enseignement et de cours de base offerts à distance dans ce programme, qui démontrent que ces cours laissent suffisamment de place à la mise en pratique de la théorie
  • de la documentation comme des travaux donnés aux étudiants ou des projets d’étudiants liés aux cours de méthodologie de l’enseignement et aux cours de base offerts à distance dans ce programme, qui démontrent que ces cours laissent suffisamment de place à la mise en pratique de la théorie
  • des résultats d’évaluations du programme ou de sondages auprès des étudiants, des diplômés ou des membres du corps professoral du programme qui démontrent que les cours de méthodologie de l’enseignement et les cours de base offerts à distance laissent suffisamment de place à la mise en pratique de la théorie.

Le doyen doit soumettre ces preuves à l’Ordre dans les trois années suivant la réception de la décision du comité d’agrément. Quand le doyen aura fourni des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément, le programme menant à un baccalauréat spécialisé satisfera entièrement à la cinquième condition.

6e condition

L’organisation et la structure du programme conviennent au contenu des cours.

Constatations

La documentation indique que l’organisation et la structure des programmes consécutif et concurrent et du programme NLTC conviennent au contenu des cours. Il reste deux ans avant qu’une première cohorte soit diplômée du programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone. Il faut donc des preuves additionnelles pour vérifier que l’organisation et la structure du programme conviennent effectivement au contenu des cours.

La Faculté d’éducation de l’Université Lakehead structure ses programmes de formation à l’enseignement différemment selon l’organisation, le mode de prestation et l’endroit de prestation des programmes.

  • mode de prestation «habituel» des programmes consécutif et concurrent : cours équivalent à 5,5 cours à temps plein suivis sur le campus en deux trimestres de neuf semaines suivis d’un stage de 25 jours à la fin de chaque trimestre (les programmes de domaines d’études aux cycles primaire-moyen d’Orillia et moyen-intermédiaire et intermédiaire-supérieur de Thunder Bay sont organisés de la sorte) 
  • programme de formation à l’enseignement offert sur le campus : cours équivalant à 5,5 cours à temps plein suivis sur le campus en deux trimestres de neuf semaines suivis d’un stage de 25 jours à la fin de chaque trimestre; les étudiants enseignent et apprennent dans les écoles locales un jour par semaine
  • le Revised Integrated Teacher Education (RITE) comprend un nombre semblable de crédits et de cours obligatoires, mais le programme est offert sur une période plus courte
  • baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone de domaines d’études aux cycles primaire-moyen : offert à temps plein sur le campus
  • baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone de domaines d’études aux cycles primaire-moyen : offert à temps partiel, en partie sur le campus, en partie dans la communauté et en partie à distance
  • Native Language Teacher’s Certification (NLTC) : offert en plusieurs parties.

Tous les programmes sont structurés de manière à répondre aux besoins distincts des étudiantes et étudiants, et en fonction des différentes caractéristiques de la communauté que les programmes et les étudiants veulent servir. Même si le comité a noté certaines différences dans les cours des divers programmes, surtout en ce qui concerne l’accent mis sur les apprenants autochtones, les différences entre les programmes de formation à l’enseignement se rapportent surtout aux horaires.

Le programme menant à un diplôme unique de baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone a d’abord été agréé dans un mode de prestation à temps plein sur quatre années. La faculté offre maintenant le programme selon deux modes de prestation, soit un mode de prestation à temps plein comprenant un apprentissage dans la communauté appuyé par la faculté, et un mode de prestation à temps partiel comprenant à la fois un apprentissage à distance et un apprentissage en personne, de même qu’un apprentissage dans la communauté appuyé par la faculté.

La première cohorte d’étudiants inscrits au programme menant au baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone, donné à temps partiel avec apprentissage dans la communauté, a commencé le programme en 2008 et devrait le terminer en 2014. Par conséquent, certains cours de méthodologie et de base obligatoires n’ont pas encore été offerts. La plupart des étudiants n’ont pas encore commencé leurs stages. De plus, dans ce programme, environ la moitié des cours sont donnés en personne, 40 p. cent sont donnés à distance et 10 p. cent sont donnés dans la communauté. De nombreux plans des cours offerts à distance n’étaient pas disponibles. 

Le programme menant à un baccalauréat spécialisé sur quatre ans offert à temps plein n’a accueilli sa première cohorte qu’en 2009, de sorte qu’il n’y a pas encore eu de diplômés, ni d’étudiants ayant suivi tous les cours de méthodologie et de base.

Ce programme et les programmes consécutif et concurrent offerts en mode habituel, sur le campus, et le RITE ont les mêmes cours obligatoires et le même nombre de jours de stages obligatoires.

Les stages du programme à temps partiel menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone sont d’une durée totale de 50 jours, soit deux stages de 25 jours à faire à la fin d’une période de cours. Le comité n’a pu examiner de preuves provenant de diplômés, de consultants de la faculté ou du personnel des écoles hôtes d’accueil pour vérifier la pertinence de ce mode de prestation particulier des stages, car la première cohorte de diplômés est prévue pour 2014.

Le programme NLTC en plusieurs parties forme les étudiants à enseigner des langues autochtones à tous les cycles. Les diplômés de ce programme ne peuvent enseigner d’autres matières de la formation générale (comme les arts du langage et la santé et l’éducation physique) sans détenir une approbation temporaire ou sans suivre un programme de formation à l’enseignement ou un cours menant à une qualification de base additionnelle pour enseigner à un ou plusieurs cycles.

Les étudiants du programme en plusieurs parties peuvent obtenir un certificat de qualification et d’inscription transitoire après la première partie, s’ils le réussissent. La première partie du programme NLTC comprend neuf crédits d’études postsecondaires dans des cours de méthodologie de l’enseignement des langues autochtones et trois crédits dans un cours de base en éducation.

Conclusion

En se basant sur l’information qui lui a été fournie pour l’examen, le comité d’agrément a déterminé que les programmes consécutif et concurrent et le programme NLTC en plusieurs parties satisfont entièrement à la sixième condition. Le programme NLTC satisfait entièrement à la condition et est également conforme à la définition d’un programme en plusieurs partie du Règlement sur les qualifications requises pour enseigner.

Le comité d’agrément a déterminé que le programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone satisfait essentiellement à la sixième condition.

Motifs de la conclusion

Le programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone est toujours à l’étape de la mise en œuvre initiale et ne compte aucune cohorte de diplômés.Le comité n’a pu vérifier la pertinence de l’organisation et de la structure de ce programme, en l’absence de preuves fournies par des diplômés, des étudiants, des enseignants associés ou des conseillers de la faculté.

Les plans de cours des programmes n’ont pas encore été convenablement départagés pour refléter chaque mode de prestation : en personne ou à distance. 

Le programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone est offert selon deux modes de prestation : l’un est offert selon un mode de prestation traditionnel en deux trimestres de neuf semaines sur le campus suivis de cinq semaines de stage. C’est aussi le mode de prestation des programmes consécutif et concurrent. Des preuves indiquent que l’organisation du programme à temps partiel prévoit une structure de stage différente; les étudiants doivent satisfaire aux exigences relatives au stage lorsqu’ils ont suivi tous les cours. Il faut donc plus de preuves pour justifier la pertinence de ce modèle particulier. Surtout, il faut des preuves pour démontrer que cette nouvelle organisation motive les étudiants à continuer à réfléchir et à apprendre, qu’elle leur permet de mettre la théorie en pratique et qu’elle leur donne suffisamment de temps et d’occasions d’améliorer leur pratique pendant les stages.

Toutefois, le comité croit l’affirmation de la Faculté d’éducation de l’Université Lakehead qui dit avoir l’intention de s’assurer que le programme satisfait entièrement à la sixième condition.

Pour ce faire, le doyen de la Faculté d’éducation doit soumettre des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément selon lesquelles l’organisation et la structure du programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone offert à temps partiel sont appropriées. 

Pour satisfaire entièrement à cette condition, le doyen pourrait notamment fournir :

  • des preuves démontrant que les cours, surtout ceux donnés à distance, appuient de manière appropriée l’apprentissage et la réussite des étudiants relativement aux objectifs des cours et/ou du programme, par exemple en expliquant comment la mise en pratique de la théorie est appuyée par les cours, les lectures et les autres ressources, ainsi que les stratégies et les travaux
  • des exemples d’horaires d’étudiants accompagnés des plans de cours correspondants, reflétant le mode de prestation pour prouver que l’organisation du programme se prête au mode de prestation et, surtout, que la mise en pratique de la théorie est appuyée par les cours donnés à distance
  • des résumés de données résultant d’évaluations du programme et de sondages auprès des étudiants et des enseignants associés, de recherches ou d’autres moyens prouvant que les stages effectués en fin de programme sont efficaces et permettent aux étudiants de mettre la théorie en pratique et de réussir leur programme
  • des résumés de données provenant des étudiants, tels que des résultats de sondages, et de données provenant de partenaires du programme, comme des employeurs, indiquant leur degré de satisfaction et leurs commentaires relativement à l’efficacité du programme entièrement mis en œuvre.

Le doyen doit soumettre ces preuves à l’Ordre dans les trois années suivant la réception de la décision du comité d’agrément. Quand le doyen aura fourni des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément, le programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone satisfera entièrement à la sixième condition.

7e condition

Les étudiants sont informés de leurs progrès et évalués de façon continue tout au long du programme.

Constatations

La documentation indique que les étudiantes et étudiants sont évalués et informés de leurs progrès de façon continue tout au long des programmes consécutif et concurrent et du NLTC, et que c’est également le cas jusqu’à présent dans le programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone. Une documentation additionnelle est nécessaire pour vérifier les pratiques d’évaluation sur toute la durée de ce programme. 

Dans les programmes consécutif et concurrent, les plans de cours prévoient, en nombre varié, un éventail de types d’évaluations, notamment la tenue d’un journal et la préparation de plans de leçons et de présentations. Les membres du corps professoral utilisent, dans tous les cours, une grille standardisée qui est modifiée en fonction des travaux ou d’attentes particulières à l’égard du cours. Les étudiants reçoivent les premiers commentaires sur leur apprentissage au cours de la deuxième ou de la troisième semaine de cours et les commentaires sont par la suite communiqués chaque semaine pour le reste du cours. 

L’attribution des lieux de stage nécessite que les étudiants et les enseignants associés évaluent les progrès réalisés et se communiquent les uns les autres leurs résultats, et qu’ils en fassent part au conseiller de la faculté. Les étudiants reçoivent des commentaires écrits et oraux tout au long de leur stage. Pendant trois semaines, les conseillers de la faculté se servent d’un rapport formatif sur les progrès des étudiants pour les appuyer, en plus des communications hebdomadaires par l’intermédiaire de WebCT, un système en ligne de gestion de la formation.

Les étudiants du programme NLTC sont, de manière générale, satisfaits de la fréquence et de la régularité des commentaires qu’ils reçoivent sur leurs progrès, tant dans les cours que lors des stages. Les étudiants du programme menant au baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone sont généralement satisfaits de la fréquence et de la régularité des commentaires dans les cours suivis jusqu’à présent. La plupart des cours de base et de méthodologie de l’enseignement, ainsi que le stage, restent encore à venir.

Les cours d’été dans le cadre du programme NLTC sont intensifs et condensés. Les instructeurs se mettent à la disposition des étudiants, leur fournissant leur aide et de la rétroaction. Sur le terrain, un rapport de stage fournit des commentaires aux étudiants et sert de base aux discussions. Des ateliers, des réunions obligatoires et les stages offrent aux étudiants d’autres occasions de recevoir des commentaires.

Les méthodes d’évaluation du programme menant au baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone seront similaires à celles des programmes de formation à l’enseignement consécutif et concurrent. Les travaux seront évalués à l’aide de la grille d’évaluation standardisée des professeurs de l’Université Lakehead; les processus d’évaluation des stages auront une structure similaire. 

Les étudiants du programme menant au baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone n’ont pas encore suivi la plupart des cours prévus à leur programme de formation à l’enseignement et n’ont pas encore effectué les stages requis. Par conséquent, d’autres preuves sont nécessaires pour vérifier que les étudiants du programme menant au baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone sont informés de façon continue de leurs progrès, tant dans les cours qu’en période de stage, et ce, tout au long du programme. 

Conclusion

En se basant sur l’information qui lui a été fournie pour l’examen, le comité d’agrément a déterminé que les programmes consécutif et concurrent, et le NLTC satisfont entièrement à la septième condition, et, par ailleurs, que le programme menant au baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone satisfait essentiellement à la septième condition.

Motifs de la conclusion

Les étudiantes et étudiants du programme menant au baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone n’ont pas encore réalisé la plupart des travaux dans le cadre des cours de leur programme de formation à l’enseignement et n’ont pas encore fait de stage. Le comité n’a donc pu recevoir, au moment de la demande et lors de l’examen, des renseignements permettant de vérifier que les étudiants du programme menant au baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone sont informés de façon continue de leurs progrès, dans les cours et en période de stage, tout au long du programme.

Le comité croit la Faculté d’éducation de l’Université Lakehead lorsqu’elle affirme avoir l’intention de s’assurer que son programme menant au baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone satisfait entièrement à la septième condition.

Pour que le programme menant au baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone satisfasse entièrement à la septième condition, le doyen de la faculté d’éducation doit présenter des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément que les étudiants du programme sont évalués et informés de leurs progrès de façon continue tout au long du programme. 

Pour satisfaire entièrement à la septième condition, le doyen pourrait notamment fournir les documents suivants relatifs au programme menant au baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone :

  • des politiques publiées en lien avec l’évaluation des travaux et des stages, tels que les guides de stage du programme
  • des artéfacts permettant de vérifier que les politiques ont été mises en œuvre comme prévu, tels que des travaux étudiants effectués dans le cadre des cours de base et de méthodologie et qui permettraient d’établir que des évaluations ont eu lieu sur une base régulière
  • des évaluations de cours ou des sondages menés auprès de finissants confirmant que ceux-ci ont été informés de façon continue de leurs progrès tout au long du programme et du stage
  • des rapports de stage écrits et datés par des conseillers de la faculté ou des enseignants associés, démontrant qu’il existe de multiples occasions d’évaluer les étudiants inscrits au programme.

Le doyen doit présenter ces preuves à l’Ordre dans les trois années suivant la réception de la décision du comité d’agrément. Dès que le doyen aura fourni des renseignements jugés acceptables par le comité d’agrément, le programme menant au baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone satisfera entièrement à la septième condition.

8e condition

Le programme comprend un stage qui satisfait aux exigences énoncées à la sous-disposition 2 v du paragraphe 1 (2) et au paragraphe 9 (2).

La sous-disposition 2v du paragraphe 1 (2) stipule qu’un programme de formation professionnelle comprend «un minimum de 40 jours de stage dans une école ou un autre lieu approuvé par l’Ordre aux fins d’observation et d’enseignement pratique».

Le paragraphe 9 (2) énonce les exigences concernant le stage :

  1. Il comprend des périodes d’observation et d’enseignement pratique dans des situations d’enseignement, dans des écoles ou d’autres lieux où l’on enseigne le programme d’études de l’Ontario ou dans des lieux approuvés par l’Ordre.
  2. Abrogé (voir la sous-disposition 2v du paragraphe 1 (2)
  3. Il permet à chaque étudiant de prendre part à des situations se rapportant à chaque cycle et à au moins une des matières du programme qui le concerne.
  4. Un éducateur expérimenté encadre les étudiants et évalue leur stage.
  5. Un membre du corps professoral est affecté à chaque étudiant à titre de conseiller.

Constatations

La documentation indique que le programme consécutif et le programme concurrent tiennent compte de toutes les composantes obligatoires en matière de stage. Les étudiants du programme menant au baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone n’ont pas encore terminé leur stage. Des renseignements obtenus de diplômés, d’étudiants, d’enseignants associés, de membres du personnel, de conseils scolaires ou de conseillers de la faculté n’étaient pas disponibles pour confirmer le déroulement des stages dans le cadre du programme menant au baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone. D’autres preuves sont nécessaires pour démontrer que ce programme satisfait à toutes les exigences en matière de stage. Satisfaire de manière constante certaines des exigences de stage dans le programme NLTC pose des défis. Des preuves supplémentaires sont nécessaires pour vérifier si au programme NLTC un membre du corps professoral est désigné, à titre de conseiller, auprès de chaque étudiant du programme, si des enseignants expérimentés supervisent les étudiants pendant tous les stages et si ces stages permettent aux étudiants de prendre part à des activités se rapportant à chaque cycle.

Les stages prévus aux programmes consécutif et concurrent et au NLTC sont d’une durée minimale de 40 jours et comprennent des périodes d’observation et d’enseignement pratique dans des écoles ou dans des lieux approuvés par l’Ordre. Dans le programme menant au baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone, 40 jours de stage sont prévus. Cependant, cette pratique n’a pu être vérifiée, car à ce jour les étudiants de ce programme n’ont pas encore fait de stages. 

Le document Professional Year Reference Guide indique que tous les étudiants des programmes consécutif et concurrent doivent effectuer 50 jours de stage, conformément aux exigences de la Faculté d’éducation, dans le cadre du programme menant au baccalauréat en éducation de l’Université Lakehead. Les calendriers des stages pour 2011-2012 confirment que les stages comptent 50 jours.

Dans le cas du programme menant au baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone de domaines d’études aux cycles primaire-moyen, un minimum de 40 jours de stage est prévu en deux stages de 25 jours, chacun devant être précédé d’une période de formation professionnelle réussie. Dans le cas des étudiants à temps partiel, le calendrier des stages prévoit deux stages successifs de 25 jours après la fin de tous les cours, soit en 2014. Si le stage est réalisé selon l’un ou l’autre de ces plans, l’exigence d’un minimum de 40 jours de stage sera satisfaite. Comme jusqu’à ce jour aucun étudiant n’a terminé de stage dans ce programme, le comité n’a pas été en mesure de se pencher sur des renseignements obtenus auprès de diplômés, de conseillers de la faculté ou de membres du personnel des écoles qui reçoivent les stagiaires pour s’assurer que les étudiants bénéficient d’un minimum de 40 jours de stage dans une école ou un autre lieu approuvé par l’Ordre aux fins d’observation et d’enseignement pratique. Jusqu’à présent, aucun guide de stage permettant de confirmer ces informations n’a été publié sur le programme menant au baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone.

Les étudiants du programme NLTC réalisent deux stages de 20 jours chacun, pour un total de 40 jours d’enseignement pratique. 

Dans les programmes consécutif et concurrent, les stages comprennent des périodes d’observation et d’enseignement pratique en situation d’enseignement dans des écoles ou d’autres lieux où l’on enseigne le programme d’études de l’Ontario. Les stages sont organisés uniquement dans les écoles des 53 conseils scolaires avec lesquels l’Université Lakehead a créé des partenariats et dans des écoles des Premières Nations qui suivent le curriculum de l’Ontario.  

Des activités d’observation et d’enseignement pratique prévues dans le cadre du programme menant au baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes autochtones auront lieu dans des écoles ou d’autres lieux où l’on enseigne le programme d’études de l’Ontario ou dans des lieux approuvés par l’Ordre. Comme les étudiants de ce programme n’ont pas encore fait de stage, aucun renseignement n’a pu être obtenu de finissants ayant terminé le stage ou d’enseignants associés ou conseillers de la faculté ayant de l’expérience avec les stages de ce programme. Le comité n’a donc pu examiner d’éléments permettant de confirmer que le stage a été mis en œuvre tel que prévu. Une documentation additionnelle est nécessaire pour que le comité soit en mesure de vérifier que les périodes d’observation et d’enseignement pratique ont lieu en situation d’enseignement dans des écoles ou d’autres lieux où l’on enseigne le curriculum de l’Ontario ou dans des lieux approuvés par l’Ordre.

Les stages du programme NLTC ont lieu dans des écoles publiques où l’on enseigne le programme d’études de l’Ontario et dans des écoles des Premières Nations qui utilisent les documents du Ministère et le programme d’études de l’Ontario.

Les stages des programmes consécutif et concurrent permettent à chaque étudiant de prendre part à des situations se rapportant à chaque cycle et à au moins une des matières du programme qui le concernent. Pour ce qui est des programmes consécutif et concurrent, le Professional Year Reference Guide à l’intention des enseignants associés indique que les 50 jours de stage sont divisés en deux blocs distincts et que les deux stages sont réalisés à des cycles différents. 

Si les stages effectués dans le cadre du baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone ont lieu comme prévu, ils satisferont probablement à la condition en permettant aux étudiants de réaliser des stages à la fois aux cycles primaire et moyen. Toutefois, une documentation additionnelle est nécessaire pour permettre au comité de vérifier que le stage a été mis en œuvre comme prévu de manière à permettre à chaque étudiant d’enseigner dans des situations se rapportant aux cycles primaire et moyen. 

Le programme NLTC a pour objet de préparer ses étudiants à obtenir l’autorisation d’enseigner les langues autochtones aux élèves des quatre cycles (primaire, moyen, intermédiaire et supérieur). La documentation indique que même si le stage auquel prennent part les étudiants du programme NLTC leur permet d’enseigner les langues autochtones, le contexte dans lequel se déroule le stage n’est pas pertinent pour tous les cycles dans lesquels ils pourraient enseigner. Dans le cadre de ce programme en plusieurs parties, les étudiants donnent pendant quatre semaines, chaque été, au moins trois leçons à des élèves de différentes catégories d’âges : 5 et 6 ans, 7 et 8 ans, 8 à 11 ans et 12 à 16 ans. Cette expérience pratique ne satisfait pas aux exigences réglementaires pour être reconnue officiellement en tant que stage. Le comité n’a pas pu confirmer que tous les étudiants prennent part, tel que requis, à des situations se rapportant à tous les cycles au cours des stages officiels qui ont lieu pendant l’automne et l’hiver. 

Les stages des étudiants des programmes consécutif et concurrent sont supervisés et évalués par des enseignants expérimentés. Tous les enseignants associés sont des membres en règle de l’Ordre des enseignantes et des enseignants de l’Ontario et ont été recommandés par des directions d’école ou des surintendances. 

Si les stages relatifs au programme menant au baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone sont mis en œuvre tel que prévu, ils satisferont probablement à la condition voulant que des enseignants expérimentés encadrent les étudiants et évaluent leur stage.Toutefois, une documentation supplémentaire est nécessaire pour permettre au comité de s’assurer que les stages ont été mis en œuvre comme prévu de manière à ce que les stages de tous les étudiants soient encadrés et évalués par des enseignants expérimentés.

Le comité n’a pas été en mesure de confirmer que tous les étudiants du programme NLTC sont encadrés par des enseignants associés expérimentés pendant leurs stages. Le coordonnateur des programmes autochtones a fourni des preuves démontrant que les cours offerts aux trimestres d’été du programme sont donnés par des enseignants associés qui évaluent les étudiants dans des situations d’enseignement pratique sur le terrain qui ont lieu au cours des sessions d’été. Toutefois, cette expérience pratique ne satisfait pas aux critères réglementaires pour être reconnue en tant que stage officiel. Des stages officiels ont lieu pendant l’automne et l’hiver après le premier et le deuxième trimestre d’été de ce programme de formation en plusieurs parties. Les étudiants du programme NLTC doivent organiser leurs propres stages dans leur communauté et trouver leurs propres enseignants associés. Au moment de participer au deuxième stage, tous les étudiants du programme NLTC détiennent un certificat de qualification et d’inscription transitoire qui les autorise à enseigner pendant ce stage. En général, la directrice ou le directeur de l’école où se déroule le stage encadre l’étudiant et remplit le formulaire d’évaluation, ce qui veut dire que le premier stage est particulièrement important, car il s’agit du seul moment où un enseignant associé est invariablement présent aux côtés du stagiaire alors que celui-ci enseigne. Les finissants du programme ont confirmé que dans certains cas, leur stage avait consisté à remplacer un enseignant de langues autochtones en classe, avec pour résultat qu’aucun enseignant associé n’était présent avec l’étudiant pendant le stage. Une documentation supplémentaire est nécessaire pour permettre au comité de vérifier que la faculté s’assure que les étudiants du programme NLTC sont encadrés et évalués par des enseignants agréés de l’Ontario pendant tous leurs stages officiels. 

Un membre du corps professoral est affecté à titre de conseiller à chacun des étudiants des programmes consécutif et concurrent. Le rôle du conseiller de la faculté est de servir de mentor aux étudiants et d’assurer la liaison avec les écoles et les enseignants associés. Lorsque les stages se déroulent bien, les conseillers de la faculté ne se rendent généralement pas à l’école pour rencontrer les étudiants en personne. Toutefois, ils interviennent immédiatement auprès des étudiants qui éprouvent des difficultés pendant leur stage. Les étudiants des programmes consécutif et concurrent qui éprouvent des difficultés pendant leur stage effectuent le stage suivant à un endroit plus près du campus afin de permettre des rencontres en personne fréquentes avec le conseiller de la faculté.

Si le stage du programme menant au baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone est mis en œuvre comme proposé, il est probable que le programme satisfasse la condition voulant qu’un membre du corps professoral soit affecté à chaque étudiant à titre de conseiller. Cependant, une documentation supplémentaire est nécessaire pour vérifier que le stage a été mis en œuvre comme prévu et de manière à garantir qu’un membre du corps professoral est affecté à titre de conseiller à chaque étudiant du programme menant au baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes autochtones.

Un membre du corps professoral est affecté à chaque étudiant du programme NLTC à titre de conseiller de la faculté. 

Conclusion

En se basant sur l’information qui lui a été fournie pour l’examen, le comité d’agrément a déterminé que les programmes consécutif et concurrent satisfont entièrement à la huitième condition et que le programme menant au baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone et le programme NLTC satisfont essentiellement à la huitième condition.

Motifs de la conclusion

Le comité croit que la Faculté d’éducation de l’Université Lakehead a l’intention de s’assurer que tous les programmes examinés satisfont à la huitième condition.

Les étudiants du programme menant au baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone n’ont pas encore terminé leur stage. Des renseignements de diplômés, d’étudiants, d’enseignants associés, de membres du personnel de conseils scolaires ou de conseillers de la faculté ne sont pas disponibles pour confirmer que les étudiants font un stage d’une durée minimale de 40 jours qui comprend des périodes d’observation et d’enseignement pratique dans des écoles où l’on enseigne le programme d’études de l’Ontario ou des lieux approuvés par l’Ordre. Des renseignements confirmant au comité que le stage permet à chaque étudiant de prendre part à des situations se rapportant à chaque cycle et dans au moins une des matières du programme qui le concerne ne sont pas disponibles. À l’heure actuelle, aucune preuve ne confirme qu’un enseignant expérimenté encadre les étudiants et évalue leur stage, et qu’un membre du corps professoral est affecté à chaque étudiant à titre de conseiller.

Pour que le programme menant au baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone réponde entièrement à la huitième condition, le doyen de la faculté d’éducation doit présenter au comité d’agrément des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément que le stage, tel que mis en œuvre, satisfait à toutes les exigences. Par exemple, le doyen pourrait soumettre les documents suivants en lien avec le programme menant au baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone :

  • des politiques publiées énonçant les critères des stages, notamment les guides de stage du programme ou d’autres documents de communication avec les étudiants et les intervenants qui décrivent les critères stages
  • des artéfacts en lien avec le programme permettant de vérifier que les stages sont mis en œuvre tel que proposé pour tous les étudiants, par exemple des résumés ou des copies d’évaluations de stages terminés précisant la durée du stage, les cycles et les matières pour lesquels l’étudiant a pu observer et/ou enseigner, le nom de l’école où s’est déroulé le stage, les initiales du conseiller de la faculté et le numéro de membre de l’Ordre des personnes responsables de l’encadrement des étudiants et de l’évaluation de chacun des stages 
  • le nom des écoles ou des autres lieux approuvés où se sont déroulés les stages, ainsi que des renseignements permettant de vérifier que ces écoles ou lieux de stage alternatifs enseignent le programme d’études de l’Ontario
  • un résumé des résultats de sondages ou d’autres formulaires de commentaires obtenus auprès de personnes ayant participé à la mise en œuvre des stages, incluant les diplômés, étudiants, enseignants associés, membres du personnel des conseils scolaires et conseillers de la faculté démontrant que toutes les composantes obligatoires ont été mises en œuvre tel que proposé
  • une description du processus d’assurance de la qualité utilisé pour faire le suivi des stages à venir et vérifier que les stages sont menés à terme, tel que proposé.

Le doyen doit présenter ces preuves à l’Ordre dans les trois années qui suivent la réception de la décision du comité d’agrément. Dès que le doyen aura fourni des renseignements jugés acceptables par le comité d’agrément, le programme menant au baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone satisfera entièrement à la huitième condition.

Certains étudiants du programme NLTC, mais non pas tous, sont encadrés et évalués par des enseignants agréés de l’Ontario expérimentés. Il n’est pas toujours possible aux étudiants d’obtenir un stage à chaque cycle, car de nombreuses écoles dans les réserves et les régions éloignées n’offrent des classes que de la maternelle à la 8e année.

Pour que le programme NLTC satisfasse entièrement à la huitième condition, le doyen de la Faculté d’éducation doit fournir des preuves acceptables par le comité d’agrément que tous les étudiants sont encadrés et évalués par des enseignants agréés de l’Ontario expérimentés et que les stagiaires sont en mesure de participer à des expériences pertinentes pour se préparer à enseigner les langues autochtones à chacun des quatre cycles.Par exemple, le doyen pourrait soumettre les documents suivants en lien avec le programme NLTC :

  • des politiques publiées énonçant les critères des stages et faisant état des conditions mentionnées, notamment les guides de stage du programme ou d’autres documents de communication avec les étudiants et les intervenants décrivant les critères du stage
  • des artéfacts en lien avec le programme qui démontrent que les stages sont conformes aux normes réglementaires à l’égard des éléments qui sont source de préoccupation, notamment des tableaux récapitulatifs ou copies de rapports d’évaluation de stages qui indiquent la durée, les cycles et les matières ayant fait l’objet d’une observation ou d’un enseignement pendant le stage, la fréquence et la nature de la participation du conseiller de la faculté et ses initiales et le numéro de membre de l’Ordre de la personne responsable de l’encadrement et de l’évaluation de chacun des stages; dans le cas d’étudiants enseignant en vertu d’un certificat de qualification et d’inscription transitoire, le membre de l’Ordre qui encadre chaque stage et l’évalue peut être l’administrateur de l’école, un enseignant itinérant ou un consultant
  • un plan qui reconnaît et explique l’intention de la faculté d’améliorer les stages pour permettre aux étudiants du programme NLTC de participer, lorsqu’il est possible de le faire, à des stages en enseignement des langues autochtones à tous les cycles auxquels leur certificat transitoire les autorise à enseigner les langues autochtones (primaire, moyen, intermédiaire et supérieur); cela pourrait inclure l’amélioration des expériences d’enseignement pendant les étés
  • description des processus d’assurance de la qualité mis en œuvre par la faculté pour assurer le suivi des stages des étudiants du programme NLTC et vérifier que ces stages amènent ces derniers à participer à des situations en lien avec les quatre cycles, sous la supervision d’enseignants agréés de l’Ontario.

Le doyen doit présenter ces preuves à l’Ordre dans les trois ans suivant la réception de la décision du comité d’agrément. Dès que le doyen aura fourni des renseignements jugés acceptables par le comité d’agrément, le programme en plusieurs parties NLTC satisfera entièrement à la huitième condition.

9e condition

La réussite du programme est subordonnée à la réussite du stage.

Constatations

La documentation indique que la réussite des programmes examinés est subordonnée à la réussite du stage.

Le guide de stage et le calendrier universitaire indiquent que les étudiants de tous les programmes doivent réussir le stage pour réussir leur programme. Les étudiants de tous les programmes peuvent effectuer un stage supplémentaire pour pouvoir satisfaire à cette condition. Les étudiants des programmes consécutif et concurrent qui éprouvent des difficultés et doivent reprendre un stage doivent le faire à un endroit proche de leur conseiller de la faculté pour leur permettre de bénéficier d’un encadrement rapproché et d’un meilleur soutien. Les étudiants ne sont pas recommandés à l’Ordre avant d’avoir réussi le stage.

Le programme menant au baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone adhère à la même politique que les autres programmes de formation à l’enseignement de l’Université Lakehead en ce qui concerne la réussite du stage.

Pour que le certificat transitoire des étudiants du programme NLTC soit converti en certificat de qualification et d’inscription, ceux-ci doivent réussir leur stage. 

Conclusion

En se basant sur l’information qui lui a été fournie, le comité d’agrément a déterminé que les programmes satisfont entièrement à la neuvième condition.

10e condition

Les cours de méthodologie de l’enseignement conviennent aux cycles auxquels ils se rapportent.

Constatations

La documentation indique que les cours de méthodologie de l’enseignement du NLTC conviennent aux cycles auxquels ils se rapportent. Une documentation additionnelle est nécessaire pour démontrer que les cours de méthodologie des programmes consécutif et concurrent, ainsi que du programme menant au baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone, conviennent aux cycles auxquels ils se rapportent.

La plupart des cours de méthodologie des programmes consécutif et concurrent conviennent aux cycles auxquels ils se rapportent. Les cours de méthodologie des programmes consécutif et concurrent de domaines d’études aux cycles primaire et moyen comprennent les cours d’arts du langage, les mathématiques, les sciences et technologie, les études sociales, la musique, la santé et l’éducation physique, et les arts visuels. Les cours de méthodologie des programmes consécutif et concurrent de domaines d’études aux cycles moyen et intermédiaire comprennent les cours sur les arts du langage, les mathématiques, les études sociales, les sciences et la technologie, la musique, les arts et la santé et l’éducation physique. Toutefois, les volets de l’éducation artistique de ces programmes ne sont pas tous abordés dans les cours de méthodologie de l’enseignement dans ces programmes de domaines d’études aux cycles primaire-moyen et moyen-intermédiaire. 

La danse, une matière obligatoire dans les cours de méthodologie de l’enseignement aux cycles primaire et moyen, n’est abordée que sommairement dans le cours de santé et éducation physique, tandis que l’art dramatique ne figure dans aucun cours de méthodologie obligatoire. La faculté reconnaît que la danse et l’art dramatique ne font partie d’aucun cours de méthodologie d’éducation artistique actuel. Un nouveau cours obligatoire de 0,25 crédit, mettant l’accent sur la méthodologie en danse et en art dramatique aux cycles primaire-moyen et moyen-intermédiaire, sera offert à partir de l’année universitaire 2013-2014. La faculté prévoit intégrer ces matières en adaptant deux autres cours, sans que le programme d’études ne perde de matière obligatoire. Une documentation additionnelle est nécessaire pour confirmer que les cours d’art dramatique et de danse ont été intégrés adéquatement aux cours de méthodologie.

Les programmes consécutif et concurrent aux cycles intermédiaire et supérieur comprennent deux cours de base : Literacy and Learning in the I/S Curriculum et Guiding Student Choices. Des cours de méthodologie sont également offerts pour chacune des deux matières d’enseignement des étudiants, c’est-à-dire l’histoire, les sciences sociales – générales, les mathématiques, la santé et l’éducation physique, la biologie, la chimie, les sciences – général, la géographie, la physique, l’anglais, le français langue seconde, les études autochtones, les sciences de l’environnement/études de l’environnement, les langues autochtones et le tutorat, les affaires et le commerce- comptabilité, l’informatique, la musique instrumentale, la musique vocale et les arts visuels. Les plans de cours démontrent que les programmes-cadres de la 7e à la 12e année sont intégrés à la matière des cours.

Les cours de méthodologie du programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone de domaines d’études aux cycles primaire et moyen comprennent des cours de mathématiques, de sciences et technologie, d’études sociales, de musique, de santé et éducation physique et d’arts visuels. Toutefois, les volets de l’éducation artistique de ce programme ne sont pas tous abordés dans les cours de méthodologie des domaines d’études aux cycles primaire et moyen. 

La danse, domaine obligatoire dans les cours de méthodologie aux cycles primaire et moyen, n’est abordée que sommairement dans le cours de santé et éducation physique, tandis que l’art dramatique ne figure dans aucun cours de méthodologie obligatoire. La faculté reconnaît que la danse et l’art dramatique ne font partie d’aucun cours de méthodologie d’éducation artistique actuel. Un nouveau cours obligatoire de 0,25 crédit, mettant l’accent sur la méthodologie en danse et en art dramatique aux cycles primaire-moyen et moyen-intermédiaire, sera offert à partir de l’année universitaire 2013-2014. La faculté prévoit intégrer ces matières en adaptant deux autres cours, sans que le programme d’études ne perde de matière obligatoire. Les étudiants du programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone n’ont pas encore achevé leurs cours de méthodologie. Les plans des cours de méthodologie n’ont pas encore été adaptés aux différents modes de prestation. 

Dans le NLTC, les trois cours de langue seconde autochtone mettent l’accent sur les méthodologies de l’enseignement. Deux de ces cours sont suivis à chacun des trimestres d’été. Les documents du programme d’études en langues autochtones du ministère de l’Éducation de la 1re à la 8e année, en 9e et 10e année et en 11e et 12e année font partie des textes à l’étude dans la première partie des cours de méthodologie de langue seconde autochtone, et sont mentionnés aux fins de la planification d’unités dans la troisième partie des cours. Ces cours mettent l’accent sur les principes de l’acquisition d’une langue seconde. Les aspects culturels enchâssés dans tous les cours de méthodologie du NLTC abordent également les compétences linguistiques et l’enseignement de la langue.

D’autres méthodes pédagogiques sont enseignées pendant les cours d’été du programme en plusieurs parties, au moyen d’expériences pratiques, notamment les périodes d’observation d’enseignants expérimentés et la préparation et l’enseignement de leçons à des élèves de tous les groupes d’âge (6 à 8 ans, 9 et 10 ans, 11 et 12 ans, et 13 à 16 ans) . Ces cours de méthodologie donnent l’occasion aux étudiantes et aux étudiants d’acquérir de l’expérience avec de nombreux groupes d’âge et à tous les cycles.

Conclusion

En se basant sur l’information qui lui a été fournie, le comité d’agrément a déterminé que le NLTC satisfait entièrement à la dixième condition et que les programmes concurrent et consécutif, ainsi que le programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone, satisfont essentiellement à la dixième condition.

Motifs de la conclusion                                                                      

Le comité d’agrément croit que la Faculté d’éducation de l’Université Lakehead entend s’assurer que les cours de méthodologie de tous les programmes conviennent aux cycles auxquels ils se rapportent.

Le comité n’a pas été en mesure de vérifier que tous les domaines de l’éducation artistique sont abordés dans les cours de méthodologie des domaines d’études aux cycles primaire-moyen et moyen-intermédiaire dans les programmes consécutif et concurrent, ainsi que dans le programme menant au baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone. Le comité d’agrément a noté que le doyen de la Faculté d’éducation de l’Université Lakehead a proposé un plan pour inclure les cours de danse et d’art dramatique dans les programmes consécutif et concurrent, ainsi qu’au baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone. En outre, le comité a reçu des preuves que certains cours de méthodologie du programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone seront offerts en ligne. Les modifications relatives au mode de prestation en ligne n’ont pas été effectuées.Une documentation additionnelle est nécessaire pour confirmer que le contenu et la pédagogie des cours de méthodologie à distance sont adéquats.

Pour que les programmes consécutif et concurrent satisfassent entièrement à la dixième condition, le doyen de la Faculté d’éducation doit soumettre des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément que les cours de méthodologie des programmes consécutif et concurrent aux cycles primaire-moyen et moyen-intermédiaire comprennent les volets de danse et d’art dramatique, conformément au programme-cadre en éducation artistique de l’Ontario

Pour que les programmes consécutif et concurrent satisfassent entièrement à cette condition, le doyen peut présenter ce qui suit :

  • des plans de cours de méthodologie pour les domaines d’études aux cycles primaire-moyen et moyen-intermédiaire, faisant explicitement référence à une pédagogie convenant à chaque cycle, à des ressources et à l’enseignement des domaines danse et art dramatique du programme-cadre en éducation artistique de l’Ontario
  • des artéfacts démontrant que le contenu est intégré à la matière : travaux obligatoires des étudiants se rapportant à la méthodologie en art dramatique ou en danse, ou résumés pertinents des résultats des évaluations de cours et/ou des révisions du programme.

Le doyen doit présenter ces preuves à l’Ordre dans les trois ans suivant la réception de la décision du comité d’agrément. Lorsque le doyen aura soumis des preuves jugées satisfaisantes par le comité d’agrément, les programmes consécutif et concurrent auront entièrement satisfait à la dixième condition.

Pour que le programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone satisfasse entièrement à dixième condition, le doyen de la Faculté d’éducation doit soumettre des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément que le contenu des cours de méthodologie du programme est approprié et adéquatement différencié selon le mode de prestation, afin de préparer les étudiants à enseigner aux cycles primaire et moyen.

Pour que le programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone satisfasse entièrement à cette condition, le doyen peut présenter ce qui suit :

  • des plans de cours différenciés du programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone, démontrant que les cours de méthodologie conviennent à tous les modes de prestation du programme, y compris à distance
  • des plans de cours de méthodologie pour le programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone, faisant explicitement référence à une pédagogie convenant à chaque cycle, à des ressources et à l’enseignement des domaines danse et art dramatique du programme-cadre en éducation artistique de l’Ontario
  • des artéfacts démontrant que le contenu est intégré à la matière : travaux des étudiants se rapportant à la méthodologie en art dramatique ou en danse, ou des résumés pertinents des résultats des évaluations de cours et/ou des révisions du programme
  • de la documentation, notamment des lettres et des témoignages de diplômés, d’enseignants associés, d’étudiants et/ou de conseillers de la faculté confirmant que les cours de méthodologie conviennent aux cycles auxquels ils se rapportent et que leur mode de prestation convient à la matière enseignée.

Le doyen doit présenter ces preuves à l’Ordre dans les trois ans suivant la réception de la décision du comité d’agrément. Lorsque le doyen aura soumis des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément, le programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone satisfera entièrement à la dixième condition.

11e condition

Les cours théoriques et de base portent, entre autres, sur le développement et l’apprentissage de la personne, ainsi que sur les textes législatifs et les politiques gouvernementales qui se rapportent à l’éducation.

Constatations

La documentation indique que les cours théoriques et les cours de base des programmes consécutif et concurrent, ainsi que du programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone portent, entre autres, sur le développement et l’apprentissage de la personne, ainsi que sur les textes législatifs et les politiques gouvernementales qui se rapportent à l’éducation. Le NLTC comprend des cours théoriques et des cours de base. Des preuves supplémentaires sont requises pour démontrer que les textes législatifs et les politiques gouvernementales se rapportant à l’éducation sont abordés dans un cours ou font l’objet d’une attention particulière.

Les programmes consécutif et concurrent comprennent deux cours de base, Educational Psychology et Teaching Exceptional Students, qui abordent spécifiquement la croissance et le développement de l’enfant, ainsi que les processus d’apprentissage et leur incidence sur le travail d’un enseignant. Deux autres cours de base, Educational Law and Foundations et Issues in Education, renseignent les étudiants sur les textes législatifs et les politiques gouvernementales, notamment la Loi sur l’éducation, la Charte canadienne des droits et libertés, le devoir de faire rapport, la Loi sur la sécurité dans les écoles et le Code des droits de la personne de l’Ontario.

Les cours Education Psychology, Teaching Exceptional Students et Educational Law sont enseignés pendant la troisième année du programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone. Ces cours ont les mêmes numéros et les mêmes noms dans les programmes consécutif et concurrent.

Le NLTC aborde la psychologie de l’éducation au moyen d’un tableau de maturation et d’un cours sur le développement de l’enfant (Development of the Child). Toutefois, les textes législatifs et les politiques gouvernementales se rapportant à l’éducation ne sont pas abordés explicitement dans les descriptions des cours ni enchâssés en tant qu’objectifs dans les cours obligatoires du NLTC. Par exemple, aucun objectif de ces cours ne mentionne précisément la connaissance ou l’enseignement de la Loi sur l’éducation, de la Charte canadienne des droits et libertés, du Guide sur le dossier scolaire de l’Ontario, de la Loi sur la sécurité dans les écoles, du document Faire croître le succès, de la Stratégie ontarienne d’équité et d’éducation inclusive, de la Stratégie d’éducation des Autochtones et de la Loi sur les Indiens.

Conclusion

En se basant sur l’information qui lui a été fournie, le comité d’agrément a déterminé que les programmes consécutif et concurrent, ainsi que le programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone satisfont entièrement à la onzième condition et que le NLTC satisfait essentiellement à la onzième condition.

Motifs de la conclusion

Le comité d’agrément croit que la Faculté d’éducation de l’Université Lakehead entend s’assurer que le NLTC satisfasse à la onzième condition. Toutefois, les textes législatifs et les politiques gouvernementales se rapportant à l’éducation ne sont pas abordés explicitement dans les descriptions des cours ni enchâssés en tant qu’objectifs dans les cours obligatoires du NLTC. Par exemple, aucun objectif de ces cours ne mentionne précisément la connaissance ou la présentation de la Loi sur l’éducation, de la Charte canadienne des droits et libertés, du Guide sur le dossier scolaire de l’Ontario, de la Loi sur la sécurité dans les écoles, du document Faire croître le succès, de la Stratégie ontarienne d’équité et d’éducation inclusive, de la Stratégie d’éducation des Autochtones et de la Loi sur les Indiens.

Pour que le NLTC satisfasse entièrement à la onzième condition, le doyen de la Faculté d’éducation doit soumettre des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément que les cours du NLTC comprennent suffisamment de contenu sur les textes législatifs et les politiques gouvernementales se rapportant à l’éducation.

Pour que le NLTC satisfasse entièrement à cette condition, le doyen peut présenter ce qui suit :

  • des artéfacts publiés, notamment les descriptions des cours d’un calendrier, démontrant la présence d’un cours de base sur les textes législatifs et les politiques gouvernementales se rapportant à l’éducation
  • des plans d’un ou de plusieurs cours de base faisant explicitement référence à des textes législatifs et à des documents de politique clés dans des modules pédagogiques, des lectures, des ressources et des travaux
  • des artéfacts, notamment un sondage ou tout autre moyen de vérification auprès des étudiants et du corps professoral, confirmant que cette matière est suffisamment abordée.

Le doyen doit présenter ces preuves à l’Ordre dans les trois ans suivant la réception de la décision du comité d’agrément. Lorsque le doyen aura soumis des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément, le programme en langues autochtones en plusieurs parties satisfera entièrement à la onzième condition.

12e condition

La composition du corps professoral est telle qu’il existe un équilibre approprié entre :

  1. les personnes qui possèdent les titres universitaires appropriés,
  2. les personnes qui possèdent l’expérience appropriée dans le domaine de l’enseignement,
  3. les personnes qui possèdent les compétences appropriées dans les différents cycles et composantes du programme.

Constatations

La documentation indique que la composition du corps professoral enseignant les programmes consécutif et concurrent au campus de Thunder Bay, ainsi que le programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone et le NLTC, est telle qu’il existe un équilibre approprié entre les personnes qui possèdent les titres universitaires appropriés, les personnes qui possèdent l’expérience appropriée dans le domaine de l’enseignement et les personnes qui possèdent les compétences appropriées dans les différents cycles et composantes des programmes. Le corps professoral au campus d’Orillia se compose de personnes qui possèdent l’expérience appropriée dans le domaine de l’enseignement et de personnes qui possèdent les compétences appropriées dans les différents cycles et composantes des programmes.

Une documentation additionnelle est requise pour confirmer que la composition du corps professoral enseignant les programmes consécutif et concurrent au campus d’Orillia est telle qu’il existe une combinaison appropriée de personnes possédant les titres universitaires appropriés.

Le plan stratégique 2010-2013 de l’Université Lakehead précise que la réalité d’une même université à deux campus est au cœur même de l’orientation future de l’Université Lakehead. Ces campus sont situés à une distance de 1 200 km l’un de l’autre. Aucune installation n’est partagée entre Orillia et Thunder Bay aux fins de l’enseignement, mais on encourage les vidéoconférences entre les membres du corps professoral des deux campus et les visites annuelles des membres permanents du corps professoral d’Orillia à Thunder Bay.

La composition du corps professoral qui enseigne à Thunder Bay aux quelque 600 étudiants des programmes consécutif et concurrent est telle qu’il existe une combinaison appropriée de personnes possédant les titres universitaires appropriés. Le corps professoral du campus de Thunder Bay se compose de 36 membres permanents, dont la plupart possèdent un doctorat, et de 106 chargés de cours, dont près des deux tiers sont titulaires d’un diplôme d’études supérieures. Au total, 86 p. cent des membres du corps professoral qui enseignent actuellement au campus de Thunder Bay possèdent un titre universitaire supérieur d’au moins un niveau à celui des étudiantes et des étudiants. Parmi les membres du corps professoral titulaires d’un baccalauréat, 88 p. cent ont suivi des cours menant à une qualification additionnelle et certains d’entre eux ont réussi de nombreux cours de spécialiste et obtenu la qualification de directrice ou de directeur d’école. La composition du corps professoral qui enseigne les programmes consécutif et concurrent au campus de Thunder Bay est telle qu’il existe une combinaison appropriée de personnes qui possèdent l’expérience appropriée dans le domaine de l’enseignement. Au campus de Thunder Bay, plus des trois quarts des membres du corps professoral possèdent de l’expérience à titre d’enseignant titulaire (82 p. cent). Un peu plus de la moitié d’entre eux (57 p. cent) possèdent plus de 10 ans d’expérience à titre d’enseignant titulaire.

Parmi les membres du corps professoral enseignant les cours appropriés aux différents cycles, 76 p. cent possèdent plus de cinq ans d’expérience en enseignement au cycle concerné.

La composition du corps professoral du programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone et du NLTC est telle qu’il existe un équilibre approprié entre les personnes qui possèdent les titres universitaires appropriés, les personnes qui possèdent l’expérience appropriée dans le domaine de l’enseignement et les personnes qui possèdent les compétences appropriées dans les différents cycles et composantes des programmes.

Tous les membres du corps professoral qui enseignent au baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone sont titulaires d’un doctorat. Tous les membres du corps professoral possèdent au moins cinq ans d’expérience en enseignement dans un cycle approprié. Une proportion de 20 p. cent des membres du corps professoral possède de l’expérience aux cycles primaire-moyen, tandis que 40 p. cent possèdent de l’expérience aux cycles moyen-intermédiaire et 40 p. cent aux cycles intermédiaire-supérieur.

Parmi les membres du corps professoral qui enseignent actuellement le NLTC, 32 p. cent sont titulaires d’un diplôme en langue seconde autochtone, 21 p. cent sont titulaires d’un baccalauréat en éducation, 21 p. cent sont titulaires d’un baccalauréat ès arts, 21 p. cent sont titulaires d’une maîtrise et 5 p. cent sont titulaires d’un doctorat. Les autres membres du corps professoral possèdent d’autres qualifications en éducation ou en enseignement d’une langue autochtone, et 46 p. cent des membres du corps professoral de ce programme possèdent plus de cinq ans d’expérience à titre d’enseignant titulaire. En ce qui concerne l’expérience dans les cycles du programme, 33 p. cent des membres du corps professoral de ce programme possèdent de l’expérience aux cycles primaire et moyen, 28 p. cent possèdent de l’expérience aux cycles moyen et intermédiaire, et 17 p. cent possèdent de l’expérience aux cycles intermédiaire et supérieur.

Cinq membres à temps plein du corps professoral (un enseignant permanent, trois enseignants à un poste menant à la permanence et un enseignant à temps plein à durée limitée) enseignent aux 300 étudiantes et étudiants du campus d’Orillia de l’Université Lakehead. Tous ces enseignants sont titulaires d’un doctorat. Le corps professoral compte également 25 chargés de cours. Quatre cent cinquante étudiantes et étudiants sont inscrits au programme concurrent de formation à l’enseignement au campus d’Orillia. Ces chiffres démontrent que le programme offert à Orillia est en pleine croissance et que le nombre d’inscriptions pourrait augmenter pendant les cours de formation professionnelle.

Parmi les membres du corps professoral qui enseignent actuellement au campus d’Orillia, 29 p. cent sont titulaires d’un baccalauréat, 51 p. cent sont titulaires d’une maîtrise, 17 p. cent sont titulaires d’un doctorat et 3 p. cent sont titulaires d’un diplôme en éducation. Au total, une proportion de 71 p. cent des membres du corps professoral qui enseignent actuellement les cours possèdent un titre universitaire supérieur d’au moins un niveau à celui des étudiantes et des étudiants. Parmi les membres du corps professoral titulaires d’un baccalauréat, 97 p. cent ont suivi des cours menant à une qualification additionnelle et certains d’entre eux ont réussi de nombreux cours de spécialiste et obtenu la qualification de directrice ou de directeur d’école. Compte tenu de l’importance du programme, il semble qu’un nombre moindre de membres du corps professoral au campus d’Orillia soit titulaire d’un diplôme d’études supérieures.

Au campus d’Orillia, plus des trois quarts des membres du corps professoral possèdent de l’expérience à titre d’enseignant titulaire (86 p. cent), plus de la moitié d’entre eux (67 p. cent) possèdent plus de 10 ans d’expérience à titre d’enseignant titulaire.

Parmi les membres du corps professoral enseignant les cours appropriés aux différents cycles, 65 p. cent possèdent plus de cinq ans d’expérience en enseignement au cycle concerné.

Le doyen de la Faculté d’éducation a indiqué que la Faculté d’éducation de l’Université Lakehead s’est engagée à augmenter le nombre de membres à temps plein dans le corps professoral au campus d’Orillia, et à voir à ce que les membres à temps partiel du corps professoral possèdent les meilleures qualifications possible.

Conclusion

En se basant sur l’information qui lui a été fournie, le comité d’agrément a déterminé que les programmes consécutif et concurrent au campus de Thunder Bay, ainsi que le programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone et le NLTC, satisfont entièrement à la douzième condition. Le comité d’agrément a déterminé que les programmes consécutif et concurrent au campus d’Orillia satisfont essentiellement à la douzième condition.

Motifs de la conclusion

Au campus d’Orillia, la proportion d’étudiants par rapport aux membres du corps professoral possédant un diplôme d’études supérieures est d’environ 11,8:1. Le comité d’agrément croit que la Faculté d’éducation de l’Université Lakehead entend augmenter cette proportion pour les programmes consécutif et concurrent au campus d’Orillia afin de refléter plus étroitement l’équilibre atteint au campus de Thunder Bay.

Un plan d’embauche a été soumis par le doyen. Pour que les programmes consécutif et concurrent au campus d’Orillia satisfassent entièrement à la douzième condition, le doyen de la Faculté d’éducation de l’Université Lakehead doit soumettre des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément que la composition du corps professoral enseignant les cours des programmes consécutif et concurrent au campus d’Orillia témoigne d’une combinaison adéquate de personnes possédant les titres universitaires appropriés.

Pour satisfaire entièrement à cette condition, le doyen peut fournir, par exemple :

  • des preuves de la mise en œuvre initiale d’un plan d’embauche augmentant progressivement le nombre de membres à temps plein du corps professoral occupant un poste permanent ou un poste menant à la permanence affectés à l’enseignement dans les programmes consécutif et concurrent au campus d’Orillia
  • la confirmation que les membres à temps plein du corps professoral enseignant ces programmes au campus d’Orillia possèdent les titres universitaires appropriés et sont affectés à des tâches pertinentes liées à l’enseignement et à leurs connaissances ainsi qu’à leur capacité d’aider les étudiants
  • une analyse des nouveaux membres du corps professoral embauchés pour enseigner les programmes consécutif et concurrent au campus d’Orillia, reflétant plus étroitement la proportion d’étudiants par rapport aux membres du corps professoral observée au campus de Thunder Bay.

Le doyen doit présenter ces preuves à l’Ordre dans les trois ans suivant la réception de la décision du comité d’agrément. Ce délai laisse suffisamment de temps au doyen et à l’Université Lakehead pour procéder à un examen de son personnel au campus d’Orillia et pour entreprendre la mise en œuvre de son plan. Lorsque le doyen aura soumis des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément, les programmes consécutif et concurrent satisferont entièrement à la douzième condition.

13e condition

L’établissement autorisé s’est doté de mécanismes de contrôle interne adéquats visant à protéger l’intégrité des dossiers des étudiants liés au programme.

Constatations

La documentation indique que la Faculté d’éducation de l’Université Lakehead s’est dotée de mécanismes de contrôle interne adéquats visant à protéger l’intégrité des dossiers des étudiants inscrits aux programmes de formation à l’enseignement aux campus de Thunder Bay et d’Orillia.

Le registraire de l’Université Lakehead est membre de l’Ontario University Registrar’s Association (OURA). L’Université Lakehead est également membre agréé de l’Association des universités et collèges du Canada et de l’Association des registraires des universités et collèges du Canada (ARUCC). L’Université Lakehead observe une politique de confidentialité officielle concernant la collecte, la conservation, l’utilisation, la divulgation et la suppression des renseignements personnels contenus dans les dossiers de l’université. La collecte des renseignements des étudiants est conforme aux statuts de la Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques, la Loi sur la protection des renseignements personnels sur la santé et la Loi sur l’accès à l’information et la protection de la vie privée. La Loi sur l’accès à l’information et la protection de la vie privée (LAIPVP) garantit la confidentialité de tout document et communication se rapportant à la demande d’admission d’un étudiant, à son dossier et à son parcours universitaire.

Conclusion

En se basant sur l’information qui lui a été fournie, le comité d’agrément a déterminé que tous les programmes examinés satisfont entièrement à la treizième condition.

14e condition

L’établissement autorisé s’est engagé à améliorer sans cesse le programme et à en assurer la qualité et, s’il s’agit d’un programme existant, il a mis en place des mesures qui témoignent de cet engagement.

Constatations

La documentation indique que la Faculté d’éducation de l’Université Lakehead s’est engagée à améliorer sans cesse tous les programmes examinés et à en assurer la qualité et qu’elle a mis en place des mesures qui témoignent de cet engagement, soit des processus officiels et systématiques d’évaluation de tous les programmes examinés.

Plusieurs processus d’évaluation externes guident le processus d’assurance de la qualité et d’amélioration continue, dont le processus d’agrément de l’Ordre, la politique d’évaluation des programmes de premier cycle de l’Université Lakehead et des processus d’évaluation à l’interne. Les évaluations systématiques sont des méthodes bien établies que l’établissement a mises en place pour obtenir une rétroaction. Par exemple, les étudiants évaluent chaque cours et tous les membres du corps professoral répondent à un sondage en ligne. Le directeur du département examine la rétroaction des étudiants en compagnie des chargés de cours. Ces outils ont entraîné des modifications et des améliorations aux programmes.

La faculté tient compte de la rétroaction provenant des évaluations faites par les étudiants et elle agit en conséquence. Par exemple, des étudiants du programme de formation à l’enseignement offert sur le campus ont exprimé leur préoccupation par rapport à leur horaire du lundi. Ils ont dit qu’ils manquaient souvent des séances en raison de jours fériés les lundis. Par conséquent, pour l’année universitaire suivante, aucun cours de ce programme n’a été mis à l’horaire les lundis. La rétroaction des étudiants est appréciée et les membres du corps professoral modifient fréquemment leurs cours pour répondre aux besoins des étudiants.

Des initiatives du personnel des bibliothèques des deux campus témoignent du processus d’assurance de la qualité dans les programmes. En 2007 et en 2010, la bibliothèque de l’Université Lakehead a participé au sondage du Consortium LIBQUAL + TM Canada. Dans le cadre de ce sondage, les étudiantes et étudiants, les membres du corps professoral et les membres du personnel ont pu faire part de leur satisfaction relativement aux services, aux installations et aux collections de la bibliothèque. Les résultats du sondage avaient alors montré que les étudiants estimaient qu’il manquait d’endroits silencieux où étudier dans la bibliothèque. Pour répondre à cette préoccupation, la bibliothèque a déplacé des étagères pour créer 12 cubicules d’étude et une surveillance régulière de cet espace permet de s’assurer qu’il demeure réservé à l’étude en silence.

L’examen sur le contenu en mathématiques témoigne d’une autre mesure d’assurance de la qualité. Cet examen de mathématiques est obligatoire pour les étudiants de domaines d’études aux cycles primaire-moyen et moyen intermédiaire, mais il n’était pas très populaire auprès de certains étudiants. Les membres du corps professoral estiment que cet examen permet de s’assurer que les étudiants connaissent bien les concepts mathématiques enseignés jusqu’en 6e année. Les étudiants qui doivent réviser la matière pour réussir l’examen, qui est obligatoire pour réussir le programme, se font offrir un séminaire de 25 heures avant de refaire l’examen. Selon des employeurs, les étudiants qui enseignent dans leurs classes semblent avoir de meilleures connaissances de base en mathématiques grâce à l’examen sur le contenu en mathématiques.

Le comité consultatif sur l’éducation autochtone a la responsabilité des programmes d’éducation autochtone et de mettre en œuvre les changements appropriés aux programmes. Le comité fait aussi la liaison avec le conseil consultatif sur l’éducation autochtone, et partant, avec la communauté autochtone en général. Le procès-verbal de la réunion du 29 janvier 2012 du comité contient une liste d’objectifs à court terme et des plans à long terme pour assurer l’amélioration continue des programmes. On y trouve notamment la suggestion de permettre de passer du programme NLTC au programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone, ainsi que des suggestions sur l’extension des programmes d’art autochtone et d’immersion, et sur le recrutement de membres du corps professoral.

Conclusion

En se basant sur l’information qui lui a été fournie, le comité d’agrément a déterminé que tous les programmes examinés satisfont entièrement à la quatorzième condition.

15e condition

Un comité consultatif de la formation des enseignants ou une entité semblable joue un rôle consultatif ou de liaison à l’égard du programme.

Constatations

La documentation indique que les programmes consécutif et concurrent de la Faculté d’éducation de l’Université Lakehead ont un comité consultatif de la formation des enseignants. Bien que ce comité joue un rôle de consultation ou de liaison par rapport à ces programmes au campus de Thunder Bay, des preuves additionnelles sont nécessaires pour déterminer si ce comité joue un rôle consultatif ou de liaison pour ce qui est des programmes au campus d’Orillia.

La documentation indique aussi que le programme NLTC et le programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone ont un groupe semblable à un tel comité qui joue un rôle consultatif ou de liaison à l’égard de ces deux programmes.Ce groupe consultatif distinct, le conseil consultatif sur l’éducation autochtone, est au service du département d’éducation autochtone de la Faculté d’éducation. 

Les programmes consécutif et concurrent du campus de Thunder Bay de l’Université Lakehead ont un comité consultatif de la formation des enseignants.Ce comité regroupe des représentants de la communauté éducative de Thunder Bay en général, dont des dirigeants des conseils scolaires publics et catholiques, un représentant du ministère de l’Éducation à Thunder Bay et le directeur de la nation Nishnawbe Aski.Les réunions du comité ont lieu trois fois par année depuis 2011 et deux fois par année de 2005 à 2011.

Le comité consultatif joue un rôle de consultation pour les programmes consécutif et concurrent du campus de Thunder Bay.L’information fournie par les membres du comité consultatif sur la situation dans leurs écoles et dans la communauté éducative en général influe sur les décisions prises par la Faculté d’éducation de l’Université Lakehead.Par exemple, la décision d’installer des tableaux SMART Board dans les classes des deux campus et d’enseigner aux étudiants comment les utiliser découle directement de l’avis des représentants du comité consultatif informant l’université que les étudiants doivent bien connaître cette technologie.Les réunions du comité consultatif fournissent aux administrateurs de l’Université Lakehead l’occasion de demander l’avis d’intervenants sur les initiatives envisagées et de consulter ces intervenants.À la suite d’une consultation avec les coordonnateurs de stages sur le jumelage des étudiants avec des enseignants associés, la Faculté d’éducation recherche un processus plus efficace pour la prochaine année universitaire.Le caractère consultatif de ce comité se confirme par l’examen de ses procès-verbaux où l’on note que la Faculté d’éducation utilise les réunions du comité pour solliciter des commentaires ou de l’aide des dirigeants de divers groupes d’intervenants.Par exemple, le doyen a présenté un nouveau dépliant pour recruter des étudiants à la plus récente réunion du comité et a demandé des commentaires aux membres sur la meilleure façon de les distribuer pour joindre d’éventuels étudiants en enseignement.

Le comité consultatif joue un rôle de liaison avec l’Université Lakehead au campus de Thunder Bay.Les procès-verbaux du comité consultatif permettent de confirmer que ce comité a été mis au courant des changements récents et des événements à venir à l’Université Lakehead, comme l’examen d’agrément de l’Ordre et les discussions avec le ministère de l’Éducation relativement à la possibilité d’élargir les programmes de formation à l’enseignement. Les procès-verbaux permettent aussi de confirmer que le comité joue souvent un rôle de liaison en partageant cette information avec la communauté éducative en général.De manière similaire, les préoccupations exprimées par les représentants siégeant au comité consultatif entraînent souvent des interventions de la part de la Faculté d’éducation de l’Université Lakehead.Par exemple, le procès-verbal du 18 janvier 2011 du comité consultatif permet de voir que les membres ont exprimé des inquiétudes concernant l’hésitation des enseignants associés à formuler des commentaires négatifs sur les formulaires d’évaluation, car ils craignaient de nuire aux étudiants sur le plan affectif ou de nuire à leurs progrès.Conséquemment, l’Université Lakehead a établi un partenariat avec les conseils scolaires catholiques et publics de Thunder Bay pour élaborer et mettre en œuvre une journée de perfectionnement professionnel à l’automne 2012 sur l’évaluation des étudiants en enseignement à l’intention des enseignants associés.Le rôle de liaison du comité consultatif est aussi confirmé dans le procès-verbal de la réunion du 18 janvier 2011. Lors de cette réunion, un représentant du Thunder Bay Catholic District School Board a félicité la Faculté d’éducation de l’Université Lakehead de la réussite du programme offert sur le campus de domaines d’études aux cycles primaire-moyen et a encouragé l’extension de ce programme en signalant que son conseil accueillerait à bras ouverts un tel programme pour les cycles moyen-intermédiaire.La distribution et la mise à jour de l’information par les membres du corps professoral et par les représentants lors des réunions du comité consultatif, de même que les initiatives élaborées conjointement par l’Université Lakehead en collaboration et les intervenants siégeant au comité confirment l’important rôle de liaison qu’il joue à Thunder Bay.

Par contre, l’information concernant la participation des membres du campus d’Orillia et de leurs partenaires communautaires au sein du comité consultatif de Thunder Bay n’est pas claire.Le comité consultatif se réunit à Thunder Bay et les membres confirment qu’un rapport concernant le campus d’Orillia lui a été remis, mais il n’est pas certain qu’un représentant du campus d’Orillia assiste régulièrement aux réunions ni que l’information découlant des réunions du comité soit transmise au campus d’Orillia.La liste à jour des membres du comité consultatif (au 18 novembre 2011) et les procès-verbaux des dernières réunions indiquent que le directeur des programmes de formation à l’enseignement du campus d’Orillia assiste maintenant régulièrement aux réunions du comité consultatif et qu’un rapport concernant le campus d’Orillia fait partie de l’ordre du jour des réunions du comité.Le faible nombre de représentants du campus d’Orillia siégeant au comité consultatif suscite des inquiétudes concernant l’absence de rétroaction de la part de la communauté éducative d’Orillia en général et la capacité des étudiants et autres intervenants d’Orillia de faire connaître leurs préoccupations à la Faculté d’éducation.La faculté compte inclure des représentants des communautés éducatives de la grande région de Simcoe, mais cela ne s’est pas encore fait.

Un groupe consultatif distinct, le conseil consultatif sur l’éducation autochtone, sert le département d’éducation autochtone de la Faculté d’éducation de l’Université Lakehead à Thunder Bay.Ce comité permet aux principaux intervenants d’échanger de l’information concernant le programme NLTC et le programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone.De plus, le conseil continue de fournir des conseils concernant le programme de formation à l’enseignement à l’intention des personnes d’ascendance autochtone (NTEP) jusqu’à ce que la dernière cohorte termine ce programme.Ce comité se réunit plusieurs fois pendant l’année universitaire et il a la responsabilité de fournir une rétroaction culturellement spécifique et des liens avec la communauté qui sont pertinents aux programmes.Le conseil consultatif sur l’éducation autochtone regroupe des représentants de tous les intervenants principaux : membres du corps professoral, étudiants, diplômés et représentants des conseils de l’éducation, représentants du conseil de gestion autochtone et un membre du conseil de l’éducation autochtone du Nord, de la Fort William First Nation, des Seven Generations, et un groupe de membres de la communauté.Parfois, un seul membre peut représenter plus d’un des postes susmentionnés, car les participants interrogés ont dit être très occupés et siéger à une multitude de comités.

Il existe un lien réglementaire et un lien fonctionnel entre le conseil consultatif et le comité consultatif.Il n’existe aucune séparation réelle entre les deux. Le doyen est membre d’office du conseil consultatif, tandis que d’autres membres siègent à la fois au conseil consultatif et au comité consultatif.

Conclusion

En se basant sur l’information qui lui a été fournie, le comité d’agrément a déterminé que le programme NLTC et le programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone satisfont entièrement à la quinzième condition. Le comité d’agrément a également déterminé que les programmes consécutif et concurrent du campus de Thunder Bay satisfont entièrement à la quinzième condition et que les mêmes programmes, au campus d’Orillia, satisfont essentiellement à la quinzième condition.

Motifs de la conclusion

Le campus de Thunder Bay est bien représenté au sein du comité consultatif, qui joue un rôle consultatif auprès de ce campus et de ses programmes. Par contre, le campus d’Orillia ne compte qu’un seul représentant au sein du comité consultatif. Étant donné le nombre d’étudiants au campus d’Orillia et les différences et la distance entre la communauté d’Orillia et celle de Thunder Bay, d’autres preuves sont nécessaires pour démontrer que le comité consultatif peut jouer un rôle consultatif ou de liaison auprès des programmes du campus d’Orillia.

Le campus et les diverses communautés de la Faculté d’éducation du campus de Thunder Bay sont bien représentés au sein du comité consultatif, qui accueille favorablement toute rétroaction des principaux intervenants de tous les programmes de formation à l’enseignement sur le campus. Le sous-comité reconnaît également que l’Université Lakehead se compose de deux campus, l’un à Thunder Bay et l’autre à Orillia. La documentation indique que l’Université Lakehead ne compte qu’un seul comité consultatif et qu’il est situé au campus de Thunder Bay. Il est responsable de satisfaire aux besoins des programmes des deux campus. Même si le comité consultatif de Thunder Bay inclut le directeur des programmes d’éducation du campus d’Orillia, il ne laisse pas suffisamment de place à la communauté d’Orillia en général.

Étant donné le grand nombre d’étudiants inscrits au campus d’Orillia, de même que la grande distance séparant ce campus de celui de Thunder Bay et les besoins uniques et distincts de chaque communauté, il faut que chaque campus et chaque communauté soient représentés au sein du comité consultatif.

Le comité reconnaît que le doyen a présenté un plan pour améliorer le comité consultatif afin d’en assurer le caractère représentatif de la communauté éducative d’Orillia en général.

Pour que les programmes consécutif et concurrent du campus d’Orillia satisfassent entièrement à la quinzième condition, le doyen de la Faculté d’éducation doit soumettre des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément selon lesquelles le comité consultatif ou un groupe semblable joue un rôle de consultation ou de liaison par rapport aux programmes du campus d’Orillia. Le doyen peut fournir des preuves telles que :

  • l’ordre du jour et le procès-verbal de réunions démontrant une représentation accrue de la Faculté d’éducation et des groupes de la communauté d’Orillia au sein du comité consultatif, par exemple, des membres du corps professoral, des étudiants, des diplômés et/ou des représentants de la communauté
  • les étapes de mise en œuvre d’un plan visant une participation accrue et des occasions de liaison avec la communauté du campus d’Orillia, comme tenir les réunions du comité en alternance à chacun des campus
  • la formation d’un comité consultatif ou de liaison distinct pour répondre aux besoins et préoccupations du campus d’Orillia; ce comité pourrait être similaire au conseil consultatif sur l’éducation autochtone et devrait inclure le doyen de la Faculté d’éducation.

Le doyen doit soumettre ces preuves à l’Ordre dans les trois années suivant la réception de la décision du comité d’agrément. Quand le doyen aura fourni des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément, les programmes consécutif et concurrent satisferont entièrement à la quinzième condition.


Décision du comité d’agrément

Agrément général avec conditions

Pour les raisons énoncées précédemment, le comité d’agrément estime que les programmes suivants, offerts par la Faculté d’éducation de l’Université Lakehead, satisfont essentiellement aux exigences du Règlement 347/02 sur l’agrément des programmes de formation en enseignement :

  • Programme consécutif de formation à l’enseignement, de domaines d’études aux cycles primaire-moyen, moyen-intermédiaire et intermédiaire-supérieur, menant à un baccalauréat en éducation (programme consécutif)
  • Programme concurrent de formation à l’enseignement, de domaines d’études aux cycles primaire-moyen, moyen-intermédiaire et intermédiaire-supérieur, menant à un baccalauréat en éducation, y compris un programme concurrent de formation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone (programme concurrent)
  • Programme consécutif de formation à l’enseignement de quatre ans, de domaines d’études aux cycles primaire-moyen, menant à un diplôme unique de baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone
  • Programme consécutif de formation à l’enseignement en plusieurs parties, de domaine d’études en enseignement des langues autochtones, menant à un diplôme en éducation (connu sous le nom de Native Language Teachers’ Certification Program ou NLTC).

Le comité d’agrément accorde l’agrément général, mais à certaines conditions énoncées ci-dessous, pour une période de sept ans (jusqu’au 2 octobre 2019) ou pour une durée modifiée conformément à l’article 15 du Règlement 347/02 sur l’agrément des programmes de formation en enseignement.

5e condition

1. Le doyen de la Faculté d’éducation doit soumettre des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément selon lesquelles les cours théoriques, les cours de méthodologie de l’enseignement et les cours de base offerts à distance dans le programme laissent suffisamment de place à la mise en pratique de la théorie.

Pour satisfaire entièrement à cette condition, le doyen peut fournir, par exemple :

  • des plans de cours théoriques, de cours de méthodologie de l’enseignement et de cours de base offerts à distance dans ce programme, qui démontrent que ces cours laissent suffisamment de place à la mise en pratique de la théorie
  • de la documentation comme des travaux donnés aux étudiants ou des projets d’étudiants liés aux cours de méthodologie de l’enseignement et aux cours de base offerts à distance dans ce programme, qui démontrent que ces cours laissent suffisamment de place à la mise en pratique de la théorie
  • des résultats d’évaluations du programme ou de sondages auprès des étudiants, des diplômés ou des membres du corps professoral du programme qui démontrent que les cours de méthodologie de l’enseignement et les cours de base offerts à distance laissent suffisamment de place à la mise en pratique de la théorie.

Le doyen doit soumettre ces preuves à l’Ordre dans les trois années suivant la réception de la décision du comité d’agrément. Quand le doyen aura fourni des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément, le programme menant à un baccalauréat spécialisé satisfera entièrement à la cinquième condition.

6e condition

2. Le doyen de la Faculté d’éducation doit soumettre des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément selon lesquelles l’organisation et la structure du programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone offert à temps partiel sont appropriées.

Pour que le programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone satisfasse entièrement à cette condition, le doyen peut présenter ce qui suit :

  • des preuves démontrant que les cours, surtout ceux donnés à distance, appuient de manière appropriée l’apprentissage et la réussite des étudiants relativement aux objectifs des cours et/ou du programme, par exemple en expliquant comment la mise en pratique de la théorie est appuyée par les cours, les lectures et les autres ressources ainsi que les stratégies et les travaux relatifs à l’enseignement
  • des exemples d’horaires d’étudiants accompagnés des plans de cours correspondants et reflétant le mode de prestation pour prouver que l’organisation du programme se prête au mode de prestation et, surtout, que la mise en pratique de la théorie est appuyée par les cours donnés à distance
  • des résumés des données résultant d’évaluations du programme et de sondages auprès des étudiants et des enseignants associés, de recherches ou d’autres moyens prouvant que les stages effectués en fin de programme sont efficaces et permettent aux étudiants de mettre la théorie en pratique et de réussir leur programme
  • des résumés de données provenant des étudiants, tels que des résultats de sondages, et de données provenant de partenaires du programme, comme des employeurs, indiquant leur degré de satisfaction et leurs commentaires relativement à l’efficacité du programme entièrement mis en œuvre.

Le doyen doit soumettre ces preuves à l’Ordre dans les trois années suivant la réception de la décision du comité d’agrément. Quand le doyen aura fourni des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément, le programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone satisfera entièrement à la sixième condition.

7e condition

3. Le doyen de la Faculté d’éducation doit soumettre des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément que les étudiants du programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone sont évalués et informés de leurs progrès de façon continue tout au long du programme. 

Pour que le programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone satisfasse entièrement à cette condition, le doyen peut présenter ce qui suit :

  • des politiques publiées en lien avec l’évaluation des travaux et des stages, tels que les guides de stage du programme
  • des artéfacts permettant de vérifier que les politiques ont été mises en œuvre comme prévu, tels que des travaux des étudiants effectués dans le cadre des cours de base et aux cours de méthodologie et qui permettraient d’établir que des évaluations ont eu lieu sur une base régulière
  • des évaluations de cours ou de sondages menés auprès de finissants confirmant que ceux-ci ont été informés de façon continue de leurs progrès tout au long du programme et du stage
  • des rapports de stage écrits et datés par des conseillers de la faculté ou des enseignants associés, démontrant qu’il existe de multiples occasions d’évaluer les étudiants inscrits au programme.

Le doyen doit soumettre ces preuves à l’Ordre dans les trois années suivant la réception de la décision du comité d’agrément. Dès que le doyen aura fourni des renseignements jugés acceptables par le comité d’agrément, le programme menant au baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone satisfera entièrement à la septième condition.

8e condition

4. Après la mise en œuvre des stages du programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone, le doyen de la Faculté d’éducation doit soumettre des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément que le stage incluait des périodes d’observation et de pratique de l’enseignement dans des écoles ou d’autres lieux où l’on enseigne le programme d’études de l’Ontario ou dans des lieux approuvés par l’Ordre, des occasions pour chaque étudiant de participer à un stage dans une situation d’enseignement aux cycles primaire et moyen, de la supervision et une évaluation du stage par un enseignant agréé de l’Ontario expérimenté et le jumelage d’un membre du corps professoral à chaque étudiant pour le conseiller.

Pour satisfaire entièrement à cette condition, le doyen peut fournir, par exemple :

  • Des politiques publiées énonçant les critères des stages, notamment les guides de stage du programme ou d’autres documents de communication avec les étudiants et les intervenants qui décrivent les critères stages
  • Des artéfacts en lien avec le programme permettant de vérifier que les stages sont mis en œuvre tel que proposé pour tous les étudiants, par exemple des résumés ou des copies d’évaluations de stages terminés précisant la durée du stage, les cycles et les matières pour lesquels l’étudiant a pu observer et/ou enseigner, le nom de l’école où s’est déroulé le stage, les initiales du conseiller de la faculté et le numéro de membre de l’Ordre des personnes responsables de l’encadrement des étudiants et de l’évaluation de chacun des stages
  • le nom des écoles ou des autres lieux approuvés où se sont déroulés les stages, ainsi que des renseignements permettant de vérifier que ces écoles ou lieux de stage alternatifs enseignent le programme d’études de l’Ontario
  • un résumé des résultats de sondages ou d’autres formulaires de commentaires obtenus auprès de personnes ayant participé à la mise en œuvre des stages, incluant les diplômés, étudiants, enseignants associés, membres du personnel des conseils scolaires et conseillers de la faculté démontrant que toutes les composantes obligatoires ont été mises en œuvre, tel que proposé
  • une description du processus d’assurance de la qualité utilisé pour faire le suivi des stages à venir et vérifier que les stages sont menés à terme, tel que proposé.

Le doyen doit soumettre ces preuves à l’Ordre dans les trois années suivant la réception de la décision du comité d’agrément. Dès que le doyen aura fourni des renseignements jugés acceptables par le comité d’agrément, le programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone satisfera entièrement à la huitième condition.

5. Pour que le programme NLTC satisfasse entièrement à la huitième condition, le doyen de la Faculté d’éducation doit fournir des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément que tous les étudiants ont l’occasion de participer à des expériences pratiques d’observation ou d’enseignement d’une langue seconde autochtone dans des situations d’enseignement aux cycles primaire, moyen, intermédiaire et qu’ils sont encadrés et évalués par des enseignants agréés de l’Ontario expérimentés.

Pour satisfaire entièrement à cette condition, le doyen peut fournir, par exemple :

  • des politiques publiées énonçant les critères des stages et faisant état des conditions mentionnées, notamment les guides de stage du programme ou d’autres documents de communication avec les étudiants et les intervenants décrivant les critères du stage
  • des artéfacts en lien avec le programme qui démontrent que les stages sont conformes aux normes réglementaires à l’égard des éléments qui sont source de préoccupation, notamment des tableaux récapitulatifs ou copies de rapports d’évaluation de stages qui indiquent la durée, les cycles et les matières ayant fait l’objet d’une observation ou d’un enseignement pendant le stage, la fréquence et la nature de la participation du conseiller de la faculté et ses initiales et le numéro de membre de l’Ordre de la personne responsable de l’encadrement et de l’évaluation de chacun des stages. Dans le cas d’étudiants enseignant en vertu d’un certificat de qualification et d’inscription transitoire, le membre de l’Ordre qui encadre le stage et l’évalue peut être l’administrateur de l’école, un enseignant itinérant ou un consultant.
  • un plan qui reconnaît et explique l’intention de la faculté d’améliorer les stages pour permettre aux étudiants du programme NLTC de participer, lorsqu’il est possible de le faire, à des stages en enseignement des langues autochtones à tous les cycles auxquels leur certificat transitoire les autorise à enseigner les langues autochtones (primaire, moyen, intermédiaire et supérieur); cela pourrait inclure l’amélioration des expériences d’enseignement pendant les étés
  • une description des processus d’assurance de la qualité mis en œuvre par la faculté pour assurer le suivi des stages des étudiants du programme NLTC et vérifier que ces stages amènent ces derniers à participer à des situations en lien avec les quatre cycles, sous la supervision d’enseignants agréés de l’Ontario.

Le doyen doit soumettre ces preuves à l’Ordre dans les trois années suivant la réception de la décision du comité d’agrément. Dès que le doyen aura fourni des renseignements jugés acceptables par le comité d’agrément, le programme en plusieurs parties NLTC satisfera entièrement à la huitième condition.

10e condition

6. Le doyen de la Faculté d’éducation doit soumettre des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément que les cours de méthodologie des programmes consécutif et concurrent de domaines d’études aux cycles primaire-moyen et moyen-intermédiaire comprennent les domaines danse et art dramatique, conformément au programme-cadre en éducation artistique de l’Ontario

Pour que les programmes consécutif et concurrent satisfassent entièrement à cette condition, le doyen peut présenter ce qui suit :

  • des plans de cours de méthodologie pour les domaines d’études aux cycles primaire-moyen et moyen-intermédiaire, faisant explicitement référence à une pédagogie convenant à chaque cycle, à des ressources et à l’enseignement des domaines danse et art dramatique du programme-cadre en éducation artistique de l’Ontario
  • des artéfacts démontrant que le contenu est intégré à la matière : travaux obligatoires des étudiants se rapportant à la méthodologie en art dramatique ou en danse, ou résumés pertinents des résultats des évaluations de cours et/ou des révisions du programme. 

Le doyen doit soumettre ces preuves à l’Ordre dans les trois années suivant la réception de la décision du comité d’agrément. Lorsque le doyen aura soumis des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément, les programmes consécutif et concurrent satisferont entièrement à la dixième condition.

7. Le doyen de la Faculté d’éducation doit soumettre des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément que le contenu des cours de méthodologie du programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation autochtone est approprié et adéquatement différencié selon le mode de prestation, afin de préparer les étudiants à enseigner aux cycles primaire et moyen.

Pour que le programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone satisfasse entièrement à cette condition, le doyen peut présenter ce qui suit :

  • des plans de cours différenciés du programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone, démontrant que les cours de méthodologie conviennent à tous les modes de prestation du programme, y compris à distance
  • des plans de cours de méthodologie pour le programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone, faisant explicitement référence à une pédagogie convenant à chaque cycle, à des ressources et à l’enseignement des domaines danse et art dramatique du programme-cadre en éducation artistique de l’Ontario
  • des artéfacts démontrant que le contenu est intégré à la matière : travaux des étudiants se rapportant à la méthodologie en art dramatique ou en danse, ou des résumés pertinents des résultats des évaluations de cours et/ou des révisions du programme
  • de la documentation, notamment des lettres et des témoignages de diplômés, d’enseignants associés, d’étudiants et/ou de conseillers de la faculté confirmant que les cours de méthodologie conviennent aux cycles auxquels ils se rapportent et que leur mode de prestation convient à la matière enseignée.

Le doyen doit soumettre ces preuves à l’Ordre dans les trois années suivant la réception de la décision du comité d’agrément. Lorsque le doyen aura soumis des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément, le programme menant à un baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone satisfera entièrement à la dixième condition.

11e condition

8. Le doyen de la Faculté d’éducation doit soumettre des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément que les cours théoriques et les cours de base du NLTC contiennent suffisamment de contenu sur les textes législatifs et les politiques gouvernementales se rapportant à l’éducation.

Pour que le NLTC satisfasse entièrement à cette condition, le doyen peut présenter ce qui suit :

  • des artéfacts publiés, notamment les descriptions des cours d’un calendrier, démontrant la présence d’un cours de base sur les textes législatifs et les politiques gouvernementales se rapportant à l’éducation
  • des plans de cours d’un ou de plusieurs cours de base faisant explicitement référence à des textes législatifs et à des documents de politique clés dans des modules pédagogiques, des lectures, des ressources et des travaux
  • des artéfacts, notamment un sondage ou tout autre moyen de vérification auprès des étudiants et du corps professoral, confirmant que cette matière est suffisamment abordée.

Le doyen doit soumettre ces preuves à l’Ordre dans les trois années suivant la réception de la décision du comité d’agrément. Lorsque le doyen aura soumis des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément, le programme en langues autochtones en plusieurs parties satisfera entièrement à la onzième condition.

12e condition

9. Le doyen de la Faculté d’éducation doit soumettre des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément que la composition du corps professoral enseignant les programmes consécutif et concurrent au campus d’Orillia est telle qu’il existe une combinaison appropriée de personnes possédant les titres universitaires appropriés.

Pour satisfaire entièrement à cette condition, le doyen peut fournir, par exemple :

  • des preuves de la mise en œuvre initiale d’un plan d’embauche augmentant progressivement le nombre de membres à temps plein du corps professoral occupant un poste permanent ou un poste menant à la permanence affectés à l’enseignement dans les programmes consécutif et concurrent au campus d’Orillia
  • la confirmation que les membres à temps plein du corps professoral enseignant ces programmes au campus d’Orillia possèdent les titres universitaires appropriés et sont affectés à des tâches pertinentes liées à l’enseignement et à leurs connaissances ainsi qu’à leur capacité d’aider les étudiants
  • une analyse des nouveaux membres du corps professoral embauchés pour enseigner les programmes consécutif et concurrent au campus d’Orillia, reflétant plus étroitement la proportion d’étudiants par rapport aux membres du corps professoral observée au campus de Thunder Bay.

Le doyen doit soumettre ces preuves à l’Ordre dans les trois années suivant la réception de la décision du comité d’agrément. Ce délai laisse suffisamment de temps au doyen et à l’Université Lakehead pour procéder à un examen de son personnel au campus d’Orillia et pour entreprendre la mise en œuvre de son plan. Lorsque le doyen aura soumis des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément, les programmes consécutif et concurrent satisferont entièrement à la douzième condition.

15e condition

10. Le doyen de la Faculté d’éducation doit soumettre des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément que le comité consultatif joue un rôle de consultation ou de liaison pour les programmes consécutif et concurrent du campus d’Orillia. 

Pour satisfaire entièrement à cette condition, le doyen peut fournir, par exemple :

  • l’ordre du jour et le procès-verbal de réunions démontrant une représentation accrue de la Faculté d’éducation et des groupes de la communauté d’Orillia au sein du comité consultatif, par exemple des membres du corps professoral, des étudiants, des diplômés et/ou des représentants de la communauté
  • les étapes de mise en œuvre d’un plan visant une participation accrue et des occasions de liaison avec la communauté du campus d’Orillia, comme tenir les réunions du comité en alternance à chacun des campus
  • la formation d’un comité consultatif ou de liaison distinct pour répondre aux besoins et préoccupations du campus d’Orillia; ce comité pourrait être similaire au conseil consultatif sur l’éducation autochtone et devrait inclure le doyen de la Faculté d’éducation.

Le doyen doit soumettre ces preuves à l’Ordre dans les trois années suivant la réception de la décision du comité d’agrément. Quand le doyen aura fourni des preuves jugées acceptables par le comité d’agrément, les programmes consécutif et concurrent satisferont entièrement à la quinzième condition.

Comité d'agrément
Ordre des enseignantes et des enseignants de l'Ontario
Le 2 octobre 2012


Retrait des conditions

À sa réunion du 19 novembre 2013, le comité d’agrément a rendu la décision de retirer les conditions d’agrément imposées à la cinquième, sixième, septième, huitième et dixième condition du Programme consécutif de formation à l’enseignement de quatre ans, de domaines d’études aux cycles primaire-moyen, connu sous le nom de programme de baccalauréat spécialisé en éducation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone. Ce programme est maintenant agréé sans condition.

De plus, le comité d’agrément retire les conditions d’agrément imposées à la dixième et quinzième condition du programme consécutif et du programme concurrent de formation à l’enseignement avec domaines d’études pour enseigner aux cycles primaire-moyen, moyen-intermédiaire et intermédiaire-supérieur, y compris le programme concurrent de formation à l’intention des personnes d’ascendance autochtone. Le comité a reçu le rapport de la faculté sur les progrès effectués afin de satisfaire à la douzième condition des programmes concurrent et consécutif offerts au campus d’Orillia, et attend de recevoir le prochain rapport annuel. Ces programmes demeurent agréés avec conditions.

Le comité d’agrément a reconnu que la faculté avait fait des progrès pour satisfaire à la huitième et onzième condition du Programme consécutif de formation à l’enseignement en plusieurs parties, de domaine d’études en enseignement des langues autochtones (connu comme le diplôme en enseignement des langues autochtones). Le comité attend le prochain rapport annuel. Ce programme demeure agréé avec conditions. 

Pour parvenir à sa décision, le comité d’agrément a examiné le rapport annuel de la faculté, y compris les procès verbaux du sénat et du comité consultatif, les plans de cours définitifs, des échantillons de travaux d’étudiants, les guides de référence pour les stages, des rapports de stage des étudiants, les horaires du programme et des sondages.

Comité d’agrément
Ordre des enseignantes et des enseignants de l’Ontario
Le 19 novembre 2013

Le 10 décembre 2014, le comité d’agrément a rendu la décision de supprimer les exigences relatives à la douzième condition du programme consécutif et du programme concurrent de formation à l’enseignement offerts au campus d’Orillia. Ces programmes sont désormais agréés sans conditions.

De plus, le comité d’agrément a supprimé les exigences relatives à la huitième et à la onzième condition du programme consécutif de formation à l’enseignement en plusieurs parties, de domaine d’études en enseignement des langues autochtones, menant à un diplôme en éducation (programme Native Language Teachers’ Certification ou NLTC). Ce programme est désormais agréé sans conditions.

Pour parvenir à sa décision, le comité d’agrément a tenu compte des renseignements fournis dans le rapport annuel de la faculté, y compris l’analyse des membres de la faculté chargés d’enseigner le programme consécutif et le programme concurrent, les descriptions de cours révisées et les plans des cours du programme NLTC, ainsi que des renseignements sur le stage fournis, entre autres, dans le guide de référence pour le stage du programme NLIP pour l’année scolaire 2014-2015.

Comité d’agrément
Ordre des enseignantes et des enseignants de l’Ontario
Le 10 décembre 2014


Expiration de l’agrément

La Faculté d’éducation de l’Université Lakehead a avisé l’Ordre qu’elle avait l’intention de cesser d’offrir les programmes de formation professionnelle consécutif et concurrent avec domaines d’études aux cycles moyen-intermédiaire. Conformément au paragraphe 20 (4) du Règlement sur l’agrément, le comité d’agrément a révoqué l’agrément de ces programmes à partir du 1er septembre 2015. Conformément au paragraphe 22 (2), les programmes avec domaines d’études aux cycles moyen-intermédiaire sont réputés être agréés pour les étudiantes et étudiants qui y sont actuellement inscrits. Cette décision n’a pas d’incidence sur les programmes de formation professionnelle consécutif et concurrent avec domaines d’études aux cycles primaire-moyen et intermédiaire-supérieur, lesquels demeureront agréés jusqu’au 2 octobre 2019.

Comité d’agrément
Ordre des enseignantes et des enseignants de l’Ontario
Le 26 mai 2015


Décision concernant le rapport de vérification du programme de formation à l’enseignement prolongé

Lire la décision intégrale

Confirmation de l’agrément

Cette décision inclut la révision du programme concurrent de formation à l’enseignement qui combine des études en enseignement avec domaines d’études pour enseigner aux cycles primaire-moyen, menant à un baccalauréat en éducation (autochtone) de quatre ans , et on fera désormais référence au programme comme suit :

  • Programme concurrent de formation professionnelle combinant des études en éducation et des domaines d’étude aux cycles primaire-moyen, menant à un baccalauréat spécialisé en éducation autochtone soit, Honours Bachelor of Education (Aboriginal) degree.

Le comité d’agrément estime que les programmes de formation professionnelle suivants, offerts par la Faculté d’éducation de l’Université Lakehead, satisfont entièrement aux exigences du Règlement 347/02 sur l’agrément des programmes de formation en enseignement en vigueur le 1er septembre 2015 :

  • Programme consécutif de formation à l’enseignement, avec domaines d’études pour enseigner aux cycles primaire-moyen, intermédiaire-supérieur, menant à un baccalauréat en éducation
  • Programme concurrent de formation à l’enseignement, avec domaines d’études pour enseigner aux cycles primaire-moyen et intermédiaire-supérieur, menant à un baccalauréat en éducation, y compris un programme concurrent de formation à l’enseignement à l’intention des personnes d’ascendance autochtone (connu sous le nom de «Native Teacher Education Program» ou «NTEP»)
  • Programme concurrent de formation professionnelle combinant des études en éducation et des domaines d’étude aux cycles primaire-moyen, menant à un baccalauréat spécialisé en éducation autochtone soit, Honours Bachelor of Education (Aboriginal) degree.
  • Programme consécutif en plusieurs parties de formation à l’enseignement, avec domaines d’études en enseignement des langues autochtones, menant à un diplôme en éducation (connu sous le nom de «Native Language Teachers’ Certification Program» ou «NLTC»)

Le comité confirme que l’agrément général de ces programmes demeurera en vigueur jusqu’au 2 octobre 2019.

Comité d’agrément
Ordre des enseignantes et des enseignants de l’Ontario
Le 31 mai 2016


Décision du comité d’agrément

Pour les raisons énoncées dans les constatations et motifs ci-dessus, le comité d’agrément confirme que le programme suivant, tel que modifié, satisfait entièrement aux conditions d’agrément général, sans condition, et ce, jusqu’au 2 octobre 2019, date d’expiration prévue de l’agrément, ou encore pour une période modifiée conformément à l’article 15 du Règlement 347/02 sur l’agrément des programmes de formation en enseignement :

  • Programme consécutif en plusieurs parties de formation à l’enseignement, avec domaine d’étude pour enseigner des langues autochtones, menant à un diplôme en éducation (connu sous le nom d’Indigenous Language Teacher’s Diploma Program)

Comité d’agrément
Ordre des enseignantes et des enseignants de l’Ontario
Le 29 novembre 2018

101, rue Bloor Ouest, Toronto ON, M5S 0A1 / TÉL. : 416.961.8800 / Sans frais en Ontario : 1.888.534.2222 / TÉLÉC. : 416.961.8822 / info@oeeo.ca

© 2019 Ordre des enseignantes et des enseignants de l'Ontario

Back To Top